Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Loup : les éleveurs de Vaucluse rendent leurs chiens et leurs clôtures

vendredi 25 novembre 2016 à 11:27 Par Aurélie Lagain et Jean-Pierre Burlet, France Bleu Vaucluse

Symboliquement, les éleveurs de Vaucluse ont rendu leurs équipements de protection contre le loup mis à disposition par l'État. Ils les jugent inefficaces et contre-productifs.

Troupeau protégé par un chien (illustration)
Troupeau protégé par un chien (illustration) © Maxppp - Nicolas Vallauri

Le comité technique loup de Vaucluse s'est réunit à Rustrel le 23 novembre. Face aux représentants de la direction départementale des territoires (DDT), les éleveurs ont rendu leurs chiens patous et les clôtures électriques fournies par l'État pour la protection des troupeaux.

"Ces chiens posent réellement des problèmes avec les autres usagers." - Emilien Bonnet

C'est un geste symbolique pour faire savoir que ces mesures sont peu efficaces et même contre-productives.

"Nous doutons fort que de telles mesures soient efficaces... À part être symboliques et nous calmer !"

Emilien Bonnet, président de la Fédération ovine de Vaucluse

Des loups, il en passe par le Vaucluse depuis 2008, mais aujourd'hui il est admis qu'une meute s'est installée. Elle compterait au moins quatre individus dans le Ventoux, où les tirs de défense sont autorisés d'octobre à juin.

Quant aux attaques de troupeau elles ont officiellement coûté la vie à neuf brebis cette année.

Emilien Bonnet, président de la Fédération ovine de Vaucluse