Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Loup : une nouvelle attaque suspecte dans le secteur de Bruges en Béarn

lundi 27 août 2018 à 20:56 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

Au moins six brebis ont été tuées ces derniers jours au Pic de Merdanson au dessus de Bruges en Béarn. Deux troupeaux ont été attaqués par ce loup hybride qui sévit depuis quelques mois dans ce massif. La colère des bergers monte d'un cran supplémentaire.

Bernard Allègre devant son troupeau attaqué
Bernard Allègre devant son troupeau attaqué © Radio France - Daniel Corsand

Bruges-Capbis-Mifaget, France

Au moins six brebis ont été attaquées ces derniers jours et retrouvées mortes. Deux troupeaux, qui étaient en estives ensemble, ont été attaqués par un "canidé". Le reste des troupeaux a été redescendu à Bruges et à Lys ce lundi. Les éleveurs comptent leurs pertes. 

Six bêtes tuées, et sans doute plus

C'est un randonneur qui a trouvé une bête morte ce dimanche. Il a prévenu l'éleveur qui est monté à l'aube le lendemain, avec des gardes de l'office nationale de la chasse et de la faune sauvage. Cinq autres bêtes ont été retrouvée mortes. Certaines aussi sont blessées. Il a été décidé de descendre l'ensemble des deux troupeaux immédiatement sans fouiller tous les alentours. Ce n'est qu'une fois dans les bergeries que les deux bergers vont pouvoir compter les bêtes qui manquent à l'appel, et il y en a. Et aussi celles qui sont blessées ; les loups mordent à la gorge, laissent des plaies qui peuvent être cachées sous la laine. Ces plaies s'infectent et peuvent tuer les bêtes. 

Ça fait mal aux tripes. D'habitude on descend fin septembre. Là, ça fait plus d'un mois avant. C'est obligé. Il vaut mieux redescendre que tout perdre. — André un des deux bergers

André Arretgros, un des deux éleveurs victimes

Une des brebis blessée  - Radio France
Une des brebis blessée © Radio France - Daniel Corsand

Des actions plus radicales

C'est l'attaque de trop pour Olivier Maurin, responsable de la fédération transpyrénéenne des éleveurs de montagne. Selon cette associations de bergers, 200 bêtes ont été tuées cet été par ce ou ces "canidés"dans ce massif. Il annonce que les actions vont se durcir.

Le préfet ne fait rien finalement. Il annoncé des arrêtés. A ce jour : rien. C'est une des gouttes qui va faire déborder le vase. Du coup nous, les éleveurs, on prend les choses en main. A partir de ce jour on va changer. Cette semaine on va passer à l'action. Le pastoralisme est menacé. Il y aura des battues, mais certainement d'autres choses aussi. Vous le verrez. — Le responsable de la fédération transpyrénéenne des éleveurs de montagne

La colère d'Olivier morin

L'un des deux bergers attaqués, Bernard Allègre, est l'invité du journal de 8 heures ce mardi sur France Bleu Béarn.