Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Lubrizol : les maraîchers seinomarins soulagés après la levée des restrictions sur leurs produits

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Après trois semaines d'interdiction, les maraîchers de 112 communes peuvent de nouveau vendre leurs produits. L'arrêté préfectoral les concernant a été levé vendredi soir.

Les poireaux, les choux, les salades ont refait leur apparition sur les étales des producteurs concernés
Les poireaux, les choux, les salades ont refait leur apparition sur les étales des producteurs concernés © Radio France - Rudy Pupin

Les agriculteurs l'attendaient avec impatience. Après la levée des restrictions concernant le lait en début de semaine, c'était au tour du reste des productions concernées vendredi 18 octobre. Depuis le 28 septembre et suite à l'incendie de Lubrizol, les produits agricoles de 112 communes étaient consignés par arrêté préfectoral. De quoi soulager de nombreux producteurs et notamment les maraîchers du marché Saint-Marc à Rouen. Deux d'entre-eux se situaient dans la zone concernée. 

Une bouffée d'oxygène

Christelle est maraîchère près de Saint-Saëns dans le pays de Bray. Depuis trois semaines, elle ressent l'impact sur sa trésorerie : "on faisait 40% de chiffre d'affaires en moins, on perdait 2.000 voire 3.000 euros chaque semaine", explique la productrice. Cela s'ajoute au contexte déjà difficile : "nous avons connu un été sec donc c'était déjà compliqué de s'en sortir avec l'arrosage et les factures d'eau". 

On faisait 40% de chiffre d'affaires en moins chaque semaine - Christelle, productrice à Saint-Saëns

Christelle n'est pas la seule. Pascal Prévost, maraîcher à Quincampoix, a vu lui aussi son chiffre d'affaires considérablement baisser : "les premières semaines nous étions à moins 25% et la semaine dernière c'était moins 43%. C'est impressionnant !

Sauver les récoltes 

Sur l'étale de Pascal Prévost samedi matin, des salades, cueillies le matin même. Mais la priorité maintenant pour lui c'est d'éviter les pertes. "Il y aura quelques pertes, même si elles seront moins importantes que nos collègues laitiers. Le chou-fleur est en train de s'ouvrir. Il est blanc mais il va passer au jaune, on ne pourra donc plus le récolter. En ce qui concerne la salade, il ne faut pas qu'il gèle !".  

Mais le producteur se veut rassurant : "nous avons les poireaux, qui peuvent attendre encore". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu