Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Lycées agricoles en danger en Franche-Comté

jeudi 28 janvier 2016 à 16:31 Par Christophe Beck, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu Besançon

Des enseignants des sept lycées agricoles de Franche Comté sont allés exprimer leur inquiétude jeudi contre une baisse de la dotation horaire qui menace directement le fonctionnement de leurs établissements.

Lycées agricoles en grève
Lycées agricoles en grève © Radio France - Christophe Beck

"Franche-Comté, la moins bien financée. Non à l'inégalité" affiche la grande banderole déployée sous les fenêtres de l'ex direction régionale de l'agriculture à Besançon. Les enseignants viennent dire leur mécontentement contre une baisse de la dotation horaire de leurs établissements.

De Valdoie à Mamirolle, en passant par Dannemarie-sur-Crête, Port-sur-Saône, Poligny, Lons-le-Saunier et Montmorot, les sept lycées agricoles de Franche-Comté, qui sont déjà les moins bien dotés, devraient perdre 6300 heures de cours, non financées cette année par le ministère de l’agriculture.

Comme ils sont obligés d'assurer le programme qui leur est fixé par la tutelle, ils n'ont que deux solutions pour pallier ce déficit horaire : puiser dans leurs caisses de fonctionnement pour financer ces cours ou limiter les recrutements d'élèves. Dans les deux cas, les établissements sont fragilisés.

A cette question du déficit de notre dotation horaire, s'ajoute l'ouverture en Alsace d'un BTS qui est commun aux deux ENIL (école nationale d'industrie laitière) de Mamirolle et Poligny dans lesquels nous accueillons pour l'instant 25 élèves alsaciens. Nous risquons donc d'avoir des difficultés à maintenir cette offre de formation en l'état actuel. Marie Agnès Liegeon, secrétaire régionale du syndicat SNETAP FSU