Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Macron en Chine : un coup de pouce pour protéger les vins de Bordeaux de la contrefaçon

-
Par , France Bleu Gironde

A l'occasion de la visite d'Emmanuel Macron en Chine, un accord a été signé qui va améliorer la protection de 26 IGP (Indications géographiques protégées) françaises contre la contrefaçon. Huit appellations du Bordelais figurent dans cet accord.

A Shanghai, en mai 2013, la police locale avait détruit 3.000 bouteilles contrefaites.
A Shanghai, en mai 2013, la police locale avait détruit 3.000 bouteilles contrefaites. - © Maxppp

Bordeaux, France

La visite d'Emmanuel Macron en Chine s'est achevée ce mercredi. Le président de la République rentre en France avec quelques gros contrats. Avec également un accord qui intéresse de très près les viticulteurs du Bordelais. La Chine et l’Union Européenne ont signé un accord sur les indications géographiques protégées. Cela permet de certifier l’origine des produits européens entrant sur le marché chinois. Huit appellations du Bordelais figurent dans ce texte. 

Le premier marché à l'export des vins de Bordeaux

Cette reconnaissance permet une protection contre la contrefaçon pour les appellations Saint-Emilion, Pomerol, Pessac-Léognan, Graves, Médoc, Haut-Médoc, Margaux et Pauillac. La vraie nouveauté concerne St-Emilion car les autres étaient déjà reconnues par les autorités chinoises dans le cadre d'accords précédemment signés notamment avec le CIVB, l'interprofession des vins de Bordeaux. Les policiers et les douaniers chinois seront donc sensibilisés. Quand ils verront passer une bouteille de Sainte-Emilienne par exemple (car ça c'est déjà vu), ils sauront que ce n'est pas une vraie. Cet accord va également permettre d'intenter des procès en Chine contre les auteurs de contrefaçons.  Si personne n'est capable de mesurer l'ampleur réelle de la contrefaçon de vins de Bordeaux, les saisies réalisées démontrent qu'elle est importante. Sur un marché qui a explosé en quelques années. Bordeaux exportait 2.000 hectolitres en Chine il y a 20 ans. L'an dernier, ce volume atteignait 436.000 hectolitres. C'est le premer marché à l'export des vins de Bordeaux, très loin devant les Etats-Unis.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu