Agriculture – Pêche

Malgré la mauvaise récolte, le verger du Grand Murat est ouvert aux particuliers

Par Nicolas Tarrade, France Bleu Creuse mercredi 13 septembre 2017 à 18:04

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - N.T

Depuis une semaine, le verger du Grand Murat, à Bénévent-l'Abbaye, est ouvert aux particuliers. Pourtant, la récolte a été mauvaise. Plus de 50% de pertes par rapport à l'an passé. Des courageux viennent tout de même ramasser leurs pommes.

Un verger sans pépins, ce n'est pas forcément une bonne chose. Mais là, la récolte a été particulièrement mauvaise cette année. Plus de 50% de perte par rapport à l'an passé. "On a eu du gel à Pâques. Certains matins, il faisait -6, -7 ! Les pommes étaient brûlées. A l'époque, elles étaient aussi grosses que des petits pois", explique Michelle Rogier, pomicultrice. Le pire était à imaginer. "Au bout d'un mois, les pommes ont finalement grossi. On était soulagés", avoue-t-elle, sans détour.

Photo d'illustration - Radio France
Photo d'illustration © Radio France - N.T

Malgré tout, le verger de 62 hectares est ouvert aux particuliers depuis la semaine dernière. De quoi sauver une saison mal embarquée. Les clients sont, pour la plupart, des habitués. Ils repartent avec 5 à 150 kilos de pommes. "Pour ceux qui ont des caves adéquates, ça peut se conserver jusqu'en février pour certaines variétés", explique Michelle Rogier. Mais avec la météo de ces derniers jours, les clients se font un peu rare. Les brouettes sont désespérément vides.

Photo d'illustration - Radio France
Photo d'illustration © Radio France - N.T

Une voiture approche. Au volant, Jeanine, une creusoise à la retraite. Elle a décidé de braver la pluie. C'est la première fois qu'elle vient ramasser des pommes : "Quand je ferai des compotes, quand je mangerai mes pommes avec de la crème à l'intérieur, je repenserai à cette récolte pluvieuse", affirme-t-elle, le sourire aux lèvres. Un peu plus loin dans le verger, Lucette est une habituée des lieux. Elle vient ici depuis près de 10 ans. "C'est agréable de ramasser ses pommes soi-même. Même quand il pleut ! Et puis, au moins, ces pommes ne voyagent pas trop longtemps, avant d'être mangées", ironise-t-elle.

La vente ne fait que commencer. Elle doit durer jusqu'à fin octobre. Tout dépendra de la quantité de pommes vendues d'ici-là.