Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Générations Agriculteur

Marne : un agriculteur sur deux serait en "souffrance"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Un agriculteur sur deux est en situation de grande fragilité. C'est une enquête qui le dévoile, réalisée auprès de 319 agriculteurs marnais, pour le compte de l'Adasea, une association de développement rural qui accompagne et soutien les agriculteurs marnais.

Un pâturage  à Verrières dans la Marne. Photo d'illustration
Un pâturage à Verrières dans la Marne. Photo d'illustration © Radio France - Sophie Constanzer

Les chiffres sont frappants : 18% d'agriculteurs identifiés en burn-out, 31% en situation de risque d'épuisement, autrement dit près d'un agriculteur sur deux est en situation de fragilité. Ces données sont issues d'une enquête menée en 2020 par Alice Martinet, sur 319 agriculteurs, dans le cadre de son master de Psychologie Sociale et du Travail à l'Université Reims Champagne-Ardenne et pour le compte de l'Adasea, une association de développement rural qui aide, accompagne et soutient les agriculteurs.  

L'enquête, intitulée "Le sens du travail en agriculture", lui a permis d'étudier 319 réponses d'agriculteurs. "Un échantillon" pris parmi les 4.500 exploitants marnais dont l'agriculture est bien l'activité principale.

Les exploitants en polyculture-élevage sont les plus en souffrance

C'est bien chez les exploitants en polyculture-élevage que l'épuisement émotionnel et professionnel est le plus à craindre. En effet, 26% d'entre eux ont été identifiés en burn-out, 29% en risque de burn-out. "Une population plus exposée à la surcharge de travail, au manque de reconnaissance et peut-être aussi aux accusations de malmener l'environnement "précise Alice Martinet, "une accusation qui les atteint profondément et qui peut être source de grandes souffrances". 

Viennent s'ajouter des difficultés économiques, pressions financières et contraintes administratives qui peuvent les faire perdre pied. 

Un lien entre sens du travail et burn-out

Pour Alice Martinet, il existe bien un lien entre le sens que l'on peut donner à son travail et l'épuisement professionnel. L'enquête montre que plus les agriculteurs trouvent un sens à leur travail et moins ils sont exposés à l'épuisement. Cohérence et importance de son travail, défense de valeurs et appartenance à un groupe sont les quatre piliers définis pour qualifier le sens du travail.

Quelles solutions ?

Pour autant, les agriculteurs ne sont pas seuls. Des aides existent déjà, relève Julie Portejoie, la directrice de l'Adasea, "mais c'est souvent au dernier moment que les personnes concernées se font connaitre". 

Il existe un numéro d'appel, mis en place par la Mutualité sociale agricole : le 09 69 39 29 19 (prix d'un appel local) AGRI'ÉCOUTE pour les exploitants ou leurs proches en détresse

"Il nous faut trouver le moyen d'identifier plus vite les personnes en état d'épuisement explique Julie Portejoie, il y a certainement des outils à améliorer, il faut mieux communiquer, c'est une urgence d'aller au-delà, c'est même un devoir d'aller au-delà. Il nous faut des ressources économiques, financières et humaines."

Les 319 agriculteurs marnais qui ont participé à l'étude

  • 81,5% d'hommes
  • 45 ans en moyenne
  • surface exploitée : 126 ha
  • 65% n'ont pas de salariés
  • 58% n'ont pas d'associés

"Ma Solution"

Pour soutenir les producteurs et les éleveurs confrontés à la crise sanitaire, France Bleu leur consacre une journée spéciale, le mercredi 17 février. Dans ce cadre, nous vous invitons à nous faire part de vos propositions pour améliorer leur quotidien, et les aider à préserver leur activité. 

Avec “Ma Solution”, France Bleu vous donne la parole : partagez votre expérience, signalez les initiatives les plus utiles, faites vos propositions et donnez votre avis sur celles des autres. La solution, c’est vous !"

Pour afficher ce contenu Make org, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess