Agriculture – Pêche

Mathieu, agriculteur à Argagnon, a pensé au suicide

Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn mercredi 12 octobre 2016 à 18:46

Un panneau explicite au dernier salon de l'agriculture à Paris
Un panneau explicite au dernier salon de l'agriculture à Paris - maxppp

En 2011, 130 agriculteurs ont mis fin à leurs jours. Quasiment un tous les deux jours. Cette statistique s'aggrave au fil des ans, et la crise agricole actuelle n'arrange rien. Mathieu Hitte, 35 ans, producteur laitier à Argagnon, a déjà songé au suicide. Il le dit sans détour sur France Bleu Béarn.

Selon les chiffres publiés par l'agence de santé publique, en 2011, 130 agriculteurs ont mis fin à leurs jours. Mathieu Hitte y a pensé, au suicide. Il le dit sans détour. Il est éleveur laitier à Argagnon près d'Orthez. Il est marié, et a deux petites filles de 2 et 6 ans. Mathieu n'a que 35 ans. La famille vit sur le salaire de sa femme, parce que lui, "ne gagne pas un rond" comme il le dit. Et pourtant il travaille 16 heures par jour. Mathieu exploite 35 hectares. Il fait du maïs. La moitié de sa surface est irriguée. Il vend la moitié de sa récolte et ensile le reste pour son troupeau de laitière. Il a 35 vaches.

16 heures par jour et pas un euro à la fin du mois

Il a succédé a son père en 2008. Le prix du lait était haut à l'époque. Il a investi et donc emprunté pour mettre aux normes son exploitation qui en avait bien besoin. Mais, dès la seconde année, le prix du lait a dégringolé. Aujourd'hui, il doit verser 1700 euros par mois pour les prêts. Il doit 100 000 euros à ses fournisseurs. Son père est malade et ne peut plus l'aider. En ce moment, il n'a même plus les moyens d'une mutuelle pour lui et sa famille. Mathieu a pensé au suicide.

Moi aussi j'ai ces idées dans la tête. L'idée m'a trotté beaucoup de fois à l'esprit et encore maintenant (... ) Je suis obligé de travailler parce que je n'ai pas le choix. Si j’arrête, tout est bouffé par la banque. Mes parents se retrouveraient à la rue parce qu'il y a l'hypothèque sur la maison et la grange. Mais y a des fois on se demande pourquoi on travaille. Moi j'invite les mecs qui pondent les lois à venir chez moi à la ferme 8 jours. Ils vont voir ce que c'est que travailler 16 heures par jour sans gagner un rond. — Mathieu Hitte, éleveur laitier à Argagnon

Mathieu Hitte le dit sans détour. Il a pensé au suicide

Dans le journal de 8h nous recevons Gilles Riaud, le sous directeur de la MSA Sud Aquitaine, pour parler de ce sujet délicat du suicide chez les agriculteurs.

Partager sur :