Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Mayenne : devenir fermier et louer sans s'endetter

jeudi 26 octobre 2017 à 18:59 Par Martin Cotta et Charlotte Coutard, France Bleu Mayenne

Depuis 10 ans, l'association Terre de Liens, via sa fondation, loue des terres à des jeunes agriculteurs qui veulent s'installer mais qui n'ont pas forcément les fonds nécessaires pour devenir propriétaire. Exemple sur l'exploitation d'Antoine Ponton à Saint-Georges-sur-Erve.

Antoine Ponton peut gérer une exploitation agricole grâce à Terre de Liens
Antoine Ponton peut gérer une exploitation agricole grâce à Terre de Liens © Radio France - Martin Cotta

Saint-Georges-sur-Erve, France

En Mayenne, Terre de Liens a acheté et loue cinq fermes dont celle d'Antoine Ponton à Saint-Georges-sur-Erve. Ce trentenaire a pu réaliser son rêve : être agriculteur. Ce fermier élève ses 22 vaches allaitantes au sommet de la vallée de l'Erve.

Moins de 10.000 euros par an

Antoine s'est installé en 2013 avec sa femme Marion. Ils produisent aussi du jus du pomme. Le couple loue 34 hectares pour moins de 10.000 euros par an. "Je suis heureux car on fait une agriculture vivante, une agriculture joyeuse, humaine, qui correspond aux attentes de la société donc on est serein. Nous n'avons pas eu à débourser de l'argent pour acheter des terres ou du bâtiment, cela allège le poids financier de l'installation" détaille l'agriculteur.

"Nous n'avons pas eu à débourser de l'argent pour acheter des terres ou du bâtiment"

Antoine a fait le choix de ne pas être propriétaire pour ne pas multiplier les emprunts. Les éventuels travaux sur l'exploitation ne sont pas non pas à sa charge du coup. Et il y a un autre avantage. "C'est d'être libre au moment de la retraite et de ne pas avoir le poids du foncier à transmettre. Là nous savons que c'est un outil agricole Ad vitam æternam" explique le fermier. De toute façon la retraite ce n'est pas pour l'instant. Antoine envisage d'accueillir des visiteurs régulièrement dans sa ferme.