Agriculture – Pêche

Mayenne : "l'agriculture biologique connaît un essor sans précédent"

Par Typhaine Morin, France Bleu Mayenne mardi 13 septembre 2016 à 4:00

L'agriculture biologique a fait un bond cette année en Mayenne
L'agriculture biologique a fait un bond cette année en Mayenne © Radio France - Typhaine Morin

En 2016, la chambre d'agriculture de la Mayenne a enregistré 50 nouvelles conversions en agriculture biologique. C'est un chiffre sans précédent. Il y a désormais dans le département 335 exploitations bio dans le département. Habituellement, une quinzaine d'exploitations font le pas chaque année.

L'avenir dira si c'est une tendance durable, mais l'agriculture biologique a connu un boom historique cette année en Mayenne. La chambre d'agriculture a enregistré 50 conversions vers la bio, alors qu'habituellement, le nombre d'exploitants à se lancer dans l'agriculture biologique tourne plutôt autour d'une quinzaine.

"Les agriculteurs sont aussi des consommateurs, ils font aussi leurs courses, analyse Brigitte Lambert, chargée de mission en agriculture biologique à la chambre d'agriculture de la Mayenne. Ils se rendent compte que les autres consommateurs consomment de plus en plus de bio, recherchent des produits bio." Cette tendance est une "lame de fond, estime Brigitte Lambert. Cette très forte évolution a sans doute touché d'abord des départements ou des zones plus urbaines, mais elle arrive de façon très forte en Mayenne".

Il y a une réflexion d'une partie de la profession agricole" - Brigitte Lambert, chargée de mission en agriculture biologique à la chambre d'agriculture de la Mayenne.

Les agriculteurs envisagent aussi leur métier autrement. "Il y a une réflexion d'une partie de la profession agricole, et notamment dans les systèmes laitiers, dans un contexte de crise très forte et très pénalisante pour les élevages aujourd'hui, poursuit Brigitte Lambert. Ils se disent : 'est-ce que je suis dans le bon système, est-ce que ce que je fais c'est durable ? Est-ce que c'est comme ça que je conçois mon métier d'agriculteur, ou est-ce qu'il n'est pas le temps de changer un peu, de respecter un peu plus son sol ?' Il y a des réflexions dans ce sens qui aboutissent ou non à un passage en bio, mais en tout cas, plusieurs éleveurs nous sollicitent pour une sorte d'arrêt sur image et de comprendre ce qu'il faut pour prendre les décisions qu'ils estimeront juste pour demain."

Demande des consommateurs

Pour la chargée de mission en agriculture biologique, "on est pas dans un phénomène de mode en terme de consommation". "La consommation en bio touche tout le monde, ajoute-t-elle. Pas forcément sur tous les produits, mais on a de plus en plus de personnes qui consomment au moins en partie en bio. Quand on regarde certains magasins spécialisés, comme les Biocoop, et les échos qu'on a pu avoir de chez eux, le panier du consommateur moyen bio augmente d'année en année Et le nombre de consommateurs, qu'ils connaissent par le nombre de cartes de fidélité, augmente également. Les consommateurs sont demandeurs."

La filière bio est en place

Brigitte Lambert constate aussi une évolution du côté des transformateurs. "Depuis 10-15 ans, les transformateurs ont fait un certain nombre d'investissements, les laiteries en particulier. Elles sont aujourd'hui en capacité de transformer davantage de lait bio pour l'offrir au consommateur demain."

Toutes les conditions sont donc réunies pour que l'agriculture bio monte en puissance. "La chaîne est en place dans la majorité des productions, même s'il y a encore du travail à faire, il y a eu de belles avancées ces dernières années", conclut Brigitte Lambert.