Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Médoc : une maraîchère appelle à venir se servir dans son champ, les cueilleurs affluent

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Pour ne pas voir 500 tonnes de tomates gaspillées à cause de mauvaises herbes, une ferme de Hourtin, en Gironde, a appelé les volontaires à venir se servir gratuitement dans son champ. Depuis quatre jours, les cueilleurs affluent de bien au-delà de la Gironde et saluent la générosité du geste.

Les cueilleurs de tomates sont au rendez-vous sur la parcelle des Champs bio, à Hourtin, pour ramasser les fruits avant qu'ils ne soient irrécupérables.
Les cueilleurs de tomates sont au rendez-vous sur la parcelle des Champs bio, à Hourtin, pour ramasser les fruits avant qu'ils ne soient irrécupérables. © Radio France - Céline Autin

Elle ne s'attendait pas à un tel succès. Depuis que Karine Tressens, maraîchère à la tête des Champs BIO, à Hourtin en Gironde, a lancé un appel à venir récolter ses tomates gratuitement, les cueilleurs affluent dans son champ. Un geste de générosité pour éviter que 26 hectares, soit 500 tonnes de tomates, ne finissent broyées.

Un grand élan de solidarité autant pour la ferme que pour les cueilleurs

Au lieu-dit Lagunan, à Hourtin, impossible de manquer cette parcelle. Une trentaine de voitures est garée, et le ballet n'en finit pas. Dans le champ de 26 hectares, ils sont tout aussi nombreux penchés et concentrés, à trier les bonnes tomates de celles tâchées par le mildiou. À cause d'un temps trop humide, les mauvaises herbes ont proliféré. Parmi elles, la datura, toxique si elle est trop concentrée. Impossible donc de ramasser mécaniquement la récolte. "C'est sûr que ça fait mal au cœur de voir ce gâchis, témoigne Yann, venu de Blanquefort avec sa compagne Cindy. On saura bien employer nos tomates : coulis, soupe, on peut tout faire avec ! Franchement, c'est superbe ce qu'ils font !"

Le champ est envahi par le mildiou et surtout par une mauvaise herbe toxique, la datura.
Le champ est envahi par le mildiou et surtout par une mauvaise herbe toxique, la datura. © Radio France - Céline Autin

Certains sont même venus avec des cagettes, pour en faire profiter des parents âgés, des amis, des personnes dans le besoin. C'est le cas de Corinne, venue de Blayais avec sa mère : "On va passer la journée à remplir des poches et à faire plaisir des personnes qui en ont réellement besoin. Des personnes âgées de notre village, qui n'ont pas eu de tomates cette année à cause du mildiou".

Les sacs bien remplis de tomates font le bonheur des cueilleurs occasionnels.
Les sacs bien remplis de tomates font le bonheur des cueilleurs occasionnels. © Radio France - Céline Autin

L'appel des "Champs BIO" entendu bien au-delà de la Gironde

Les cueilleurs viennent de toute la Gironde : Blanquefort, Libourne, Parempuyre, Blayais... et d'au-delà. Certains sont originaires des Pyrénées-Atlantiques, d'autres ont fait le voyage depuis Périgueux, touchés par le message de Karine Tressens : "Il faut vraiment aller vers un monde de solidarité, c'est essentiel pour l'avenir," témoigne Josiane.

Une boîte à dons permets de laisser un peu d'argent à la ferme du Champ BIO.
Une boîte à dons permets de laisser un peu d'argent à la ferme du Champ BIO. © Radio France - Céline Autin

Karine Tressens ne s'attendait pas à un tel emballement : "À l'origine l'idée était de rester très local, ça a pris plus d'ampleur que ce qu'on voulait ... mais ça fait du bien de voir des grands sourires sur le visage des gens. C'est même motivant pour la suite, malgré la non-récolte." De fait, certains cueilleurs promettent de revenir en tant que clients, la prochaine fois, à la ferme des Champs Bio. Une boîte à dons aux abords du champ permet aussi de remercier la ferme pour ce geste.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess