Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Mesures contre la grippe aviaire : catastrophe économique en Sologne selon les chasseurs

samedi 26 novembre 2016 à 9:23 Par Anne Oger et Christophe Dupuy, France Bleu Orléans

Les mesures prises par la préfecture du Loiret inquiètent les éleveurs et les chasseurs du département. Elles concernent 22 communes du Loiret, essentiellement en Sologne. Le transport et le lâcher d'oiseaux sont interdits dans les zones à risque, des chasses ont déjà été annulées.

Grippe aviaire
Grippe aviaire © Radio France - Hervé Blanchard

Viglain, France

La semaine dernière, face à des cas de grippe aviaire en Allemagne et en Suisse, le ministère français de l'agriculture a décidé de relever le niveau de risque en France, de modéré à élevé. Plusieurs départements en France sont concernés, dont le Loiret, où 22 communes font l'objet de mesures renforcées. Dans les zones humides, comme la Sologne, les oiseaux d'élevage doivent être confinés, pour éviter d'être mis en contact avec des migrateurs. Les lâchers et le transport du gibier sont donc interdits, et les conséquences sont importantes sur ce territoire de chasse.

Des chasses privées déjà annulées en Sologne

Résultat : des chasses privées ont été annulées, et ça ne fait pas que le malheurs des chasseurs explique André Lutun, le directeur de la fédération des chasseurs du Loiret. Les chasses, en Sologne, c'est toute une économie. "Ce sont des chasses commerciales, ou de propriétaires, qui organisent des lâchers de gibier, et aujourd'hui ils n'ont pas le droit de le faire. Souvent ces chasses privées s'accompagnent d'hébergement sur place, de déjeuners au restaurant, économiquement c'est une catastrophe".

"Certains éleveurs ne peuvent plus livrer aucun gibier sur les territoires de chasse, si les mesures sont maintenues ils seront vraiment en difficulté

Sans compter les éleveurs eux-mêmes, qui se retrouvent avec leurs faisans et leurs perdrix sur les bras. Didier Charles est installé à Viglain, près de Sully sur Loire. Sa commune ne fait pas partie de celles où s'appliquent les mesures de confinement, mais il ne peut plus livrer ses oiseaux. Il se retrouve avec 20 000 bêtes dont il ne sait pas quoi faire. "Ca va poser des problèmes d'hygiène, ils ne sont pas faits pour rester là. Les faisans risquent de se manger entre eux, parce que nous les éleveurs comme nous ne pouvons pas les vendre, nous n'aurons plus d'argent pour les nourrir. On n'a eu aucun cas de grippe aviaire en France, alors nous on veut bien appliquer des mesures de protection, mais encore faut-il qu'il y ait un réel danger.

Les éleveurs et les chasseurs de Sologne espèrent maintenant que ces arrêtés de confinement et d'interdiction du transport ne s'appliqueront pas pendant toute la période de la chasse, qu'elles seront levées avant le mois de février 2017.