Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche DOSSIER : Le pourquoi du comment

Miel : pétition des apiculteurs contre le grand flou des étiquettes

-
Par , France Bleu Auxerre

Les apiculteurs piquent une colère! Ils ont lancé cette semaine une pétition pour demander un étiquetage plus rigoureux sur le miel. Une pétition qu'ils comptent adresser au gouvernement.

Les apiculteurs ont lancé cette semaine une pétition pour demander un étiquetage plus rigoureux sur le miel. Photo d'illustration
Les apiculteurs ont lancé cette semaine une pétition pour demander un étiquetage plus rigoureux sur le miel. Photo d'illustration © Radio France - Sophie Auvigne

Yonne, France

Les apiculteurs français ont lancé mardi, une pétition pour un étiquetage transparent du miel , comme celui qui existe pour le lait ou la viande dans les produits transformés. Ils considèrent qu'on navigue en eau trouble quand on met le nez sur les étiquettes de nos pots de miel. La traçabilité n'est pas très rigoureuse. 

Le pourquoi du Comment sur l’étiquetage du miel

On peut, par exemple, dans les grandes surfaces se retrouver avec un produit marqué "France" alors qu'il est très largement mélangé à un miel d'une autre provenance ou encore avoir une mention "miel produit en Europe et hors d’Europe", "miel du monde" en quelque sorte. On a déjà vu plus précis. 

Une concurrence déloyale 

Ce grand flou permet à  la concurrence extra européenne de vendre parfois une marchandise de piètre qualité sans que le consommateur, le sache vraiment. Pour bien comprendre la situation, il faut savoir que 80 % du miel vendu en France est importé. Il vient de Chine, d'Ukraine ou d'Argentine. 

Comme les obligations sur la mention de l'origine, permettent de grandes libertés, on peut jouer sur les mots, sur la provenance, ou les assemblages. Résultat : l'UFC que choisir a établi qu'à cause de ce manque de transparence, 80% des consommateurs pensent à tort consommer du miel français. 

Plus grave encore, un tiers des miels "premiers prix" testés par l'association de consommateurs se sont révélés frelatés. C'est à dire mélangés avec du sirop de sucre, voire avec de l'eau. Du miel trafiqué qui vient très souvent des pays de l'est et de l’Asie.

Acheter en direct

La première chose à faire pour que le consommateur s'y retrouve,  c'est d'acheter le miel en direct, chez l'apiculteur, il y en a une vingtaine dans l'Yonne. On trouve facilement leurs adresses dans l'annuaire, certains vendent leur production sur les marchés. Il faut cependant être prêt à mettre le prix : le miel français est plus cher. Il coûte entre 10 et 30 euros le kilo, contre cinq euros pour les produits chinois ou ukrainiens.