Agriculture – Pêche

Mille veaux : les éleveurs contre-attaquent

Par Maxime Tellier, France Bleu Creuse mercredi 17 août 2016 à 16:43

Le centre d'engraissement de Saint-Martial-le-Vieux en mai 2016 (avant l'arrivée des premiers bovins)
Le centre d'engraissement de Saint-Martial-le-Vieux en mai 2016 (avant l'arrivée des premiers bovins) © Radio France - Maxime Tellier

Les éleveurs du centre d'engraissement de Saint-Martial-le-Vieux ont déposé un recours devant le Conseil d'Etat pour récupérer le droit d'exploiter le site. La justice avait suspendu l'autorisation le 29 juillet après avoir été saisie par des opposants.

Ils ont attendu le dernier moment pour se pourvoir auprès du Conseil d'Etat : les éleveurs du centre d'engraissement de Saint-Martial-le-Vieux (Creuse) ont déposé leur recours vendredi 12 août, à la toute fin du délai de deux semaines accordé par le tribunal administratif de Limoges. Le 29 juillet, le juge avait constaté que l'arrêté préfectoral autorisant l'exploitation du site était caduc : les premiers bovins ne sont arrivés à Saint-Martial qu'au printemps 2016, quelques mois de trop au regard du délai légal (les éleveurs avaient trois ans à partir de janvier 2013 pour commencer l'activité).

Opposants et éleveurs prêts au bras de fer 

Une irrégularité qui n'a pas échappé aux militants du collectif LPEA qui luttent depuis le début contre ce projet qu'ils ont rebaptisé "ferme des mille veaux". C'est la présidente de ce collectif, Aurore Lenoir, qui avait saisi la justice. Elle présente cette installation comme un symbole de l'agro-industrialisation : un projet qui ne respecte ni l'environnement, ni le bien-être animal.

Les éleveurs sont une quarantaine issus d'exploitations creusoises et corréziennes, regroupés au sein de l'alliance SAS Millevache avec le soutien des collectivités locales. Leur porte-parole, Pierre Chevalier, se dit déterminé à mener jusqu'au bout cette bataille judiciaire. Il envisage aussi d'organiser une opération portes ouvertes afin de montrer que les conditions de vie des animaux sont bonnes. A la mi-août, le centre d'engraissement accueille déjà 200 bêtes sur une capacité maximale d'environ 800.

Le collectif se dit aussi confiant dans la future décision du Conseil d'Etat qui sera rendue d'ici un mois. Les opposants prévoient une action de sensibilisation samedi matin (20 août) devant l'Intermarché de Sainte-Feyre. La SVA Jean Rozé, filiale d'Intermarché, est l'unique client du centre d'engraissement de Saint-Martial.

C'est le bras de fer entre opposants et éleveurs