Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mirabelles de Lorraine : une récolte précoce et des arbres qui manquent d’eau

Les premiers fruits seront récoltés fin juillet pour une récolte de mirabelles en Lorraine qui sera d’un volume « satisfaisant » mais les vergers ont souffert du manque d’eau.

Les fruits « restent verts » avec des mirabelliers qui ont souffert du manque d’eau
Les fruits « restent verts » avec des mirabelliers qui ont souffert du manque d’eau © Radio France - Thierry Colin

Le printemps sec et ensoleillé conduit à une récolte précoce en Lorraine. Une partie des arboriculteurs va même commencer à cueillir les variétés d’arbres précoces en juillet. Pour d’autres, il faudra encore attendre deux semaines avant de hocher car si les fruits sont en nombre et le calibre déjà intéressant, les fruits « restent verts » avec des mirabelliers qui ont souffert du manque d’eau.

A Mattexey dans le Lunévillois, Frédéric Hiroux, qui ouvre son verger de sept hectares de mirabelliers bio aux particuliers, se réjouit des branches bien chargées, mais constate surtout que les arbres souffrent de la chaleur depuis plus de 15 ans. Avec davantage de parasites et de branches mortes en raison du réchauffement climatique et du manque d’eau pour des mirabelliers qui ne peuvent pas être irrigués. Sans pesticide, il est plus difficile de contrer les parasites en nombre depuis plusieurs années et cet agriculteur est pessimiste sur l’avenir des mirabelles dans les années à venir car les années chaudes et sèches se multiplient. 

Ecoutez Frédéric Hiroux, qui ouvre son verger bio à Mattexey.

Côté volume, ce sera une année « satisfaisante »  on se dirige vers 6500 tonnes annonce Renaud Noël, de Végafruits, qui s’apprête à embaucher 350 saisonniers à Saint-Nicolas-de-Port pour transformer les fruits en compote ou confiture. Des prédictions dans la moyenne : c’est un peu plus que l’an passé où la coopérative avait produit 5 500 tonnes et un peu moins qu’en 2018 où le regroupement d’arboriculteurs lorrains avait commercialisé 8000 tonnes de fruits jaunes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess