Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mobilisation à Parthenay pour défendre le maintien des zones défavorisées dans les Deux-Sèvres

-
Par , France Bleu Poitou
Deux-Sèvres, France

Une grande manifestation agricole se déroule, ce vendredi, devant la sous-préfecture de Parthenay, à l'appel de quatre syndicats unis pour défendre le maintien des ZDS, les zones défavorisées. La future carte risque d'exclure la quasi-totalité des Deux-Sèvres.

Pour Benoit Vignaud, installé Saint-Etienne-la-Cigogne, l'ICHN représente 10.000 euros par an
Pour Benoit Vignaud, installé Saint-Etienne-la-Cigogne, l'ICHN représente 10.000 euros par an © Radio France - Noémie Guillotin

Les agriculteurs ont rendez-vous devant la sous-préfecture de Parthenay ce vendredi 26 janvier à partir de 11h. Manifestation de la dernière chance pour défendre le maintien des Deux-Sèvres en  ZDS. Les ZDS, ce sont les zones défavorisées simples. Elles sont synonymes d'aides pour les éleveurs. Problème : la carte est en train d'être revue au niveau européen et les Deux-Sèvres seraient majoritairement exclues du nouveau zonage. Seule la zone du marais poitevin serait épargnée. 

La carte actuelle des ZDS remonte à plus de 40 ans. A l'époque, les critères socio-économiques rentraient en ligne de compte. Désormais, les nouveaux critères sont essentiellement bio-physiques (la pente du terrain, le taux d'argile, de caillou...). Et par des calculs assez complexes, les Deux-Sèvres ne les remplissent plus.

9 millions d'euros en moins sur le département

La conséquence, pour près de 1800 éleveurs deux-sévriens, serait ne plus toucher l'indemnité compensatoire de handicap naturel (ICHN). Les syndicats agricoles parlent 9 millions d'euros en moins sur le département. Pour un éleveur, cela peut représenter le tiers, voire la moitié de son revenu

"C'est _10.000 euros en moins_, soit la moitié d'un salarié", a déjà calculé Benoit Vignaud, qui a des vaches laitières et des céréales à Saint-Etienne-la-Cigogne, dans le sud du département. "Etant donné que les aides de la PAC n'arrêtent pas de diminuer, c'était une compensation pour nous. On aimerait vivre sans les aides et vivre de notre produit mais ce n'est pas le cas aujourd'hui", poursuit l'exploitant, par ailleurs secrétaire adjoint de la FNSEA 79. Sans l'ICHN, "je pense que le salarié à mi-temps ne restera pas sur l'entreprise", regrette-t-il.

C'est aussi l'installation de jeunes qui est en jeu. Le fait d'être en ZDS donne des avantages. "Nous avons un jeune qui s'est installé il a eu des aides sur les prêts à l'installation avec des taux bonifiés. Demain, s'il n'y a plus ça, on n'installera peut-être plus de jeunes dans notre secteur", met en garde Benoit Vignaud.

Front commun

Le front commun syndical montre l'importance de l'enjeu. FNSEA des Deux-Sèvres, Jeunes agriculteurs, Confédération paysanne, Coordination rurale, pas toujours d'accord sur bien des dossiers appellent ensemble à la mobilisation. Des élus locaux de tous bords montent également au créneau pour le maintien des ZDS comme Gilbert Favreau, le président LR du conseil départemental des Deux-Sèvres, Guillaume Chiche le député LREM de la 1ère circonscription ou encore Delphine Batho, la députée PS de la 2e circonscription. Tous espèrent peser sur le ministre de l'agriculture qui doit rendre sa copie à Bruxelles fin mars.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess