Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Moins de coquilles Saint-Jacques en baie de Saint-Brieuc

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Alors que la pêche à la coquille Saint-Jacques reprend lundi 7 octobre dans la baie de Saint-Brieuc, l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer) assure que les coquilles sont moins nombreuses que l'an passé.

La pêche à la coquille Saint-Jacques est très réglementée dans la baie de Saint-Brieuc pour préserver la ressource
La pêche à la coquille Saint-Jacques est très réglementée dans la baie de Saint-Brieuc pour préserver la ressource © Radio France - Johan Moison

Les pêcheurs bretons trouveront moins de coquilles Saint-Jacques en baie de Saint-Brieuc cette année. C'est ce qu'indique l'Ifremer dans un communiqué. L'institut français de recherche pour l'exploitation de la mer a mené plusieurs mesures d'évaluation sur le gisement breton en juillet puis en septembre.

25.800 tonnes de coquilles exploitables

Il en ressort que 41.000 tonnes de coquilles ont été recensées. Un chiffre en-dessous de ce qui a été compté l'an dernier (48.000 tonnes recensées) mais largement supérieur au nombre de coquilles recensées en 2017 (33.000 tonnes). L'année 2018 avait cependant été exceptionnelle. Il y aura en revanche plus de Saint-Jacques exploitables que l'an dernier. Plus de 25.800 tonnes de mollusques pourront être exploités par les pêcheurs contre 25.300 tonnes en 2018.

Selon l'Ifremer, ces bons chiffres sont liés à la "gestion vertueuse" mise en place par les pêcheries françaises. "On peut citer la diminution globale de l'effort de pêche par la mise en place de dates et d'horaires de pêche," indique l'institut. En baie de Saint-Brieuc, les pêcheurs se sont aussi équipés d'engins de dragues plus adaptés et plus respectueux des fonds marins.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess