Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Champagne bio : moins de cuivre dans les vignes, les viticulteurs marnais s'inquiètent

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

L’Union européenne devrait se prononcer prochainement sur une baisse des doses de sulfate de cuivre. Une décision qui inquiète les viticulteurs bio. Selon Dominique Lelarge, producteur de champagne dans la Marne, le cuivre est la seule barrière naturelle face aux maladies.

Dominique Lelarge ne veut pas voir baisser la limite d'utilisation du sulfate de cuivre
Dominique Lelarge ne veut pas voir baisser la limite d'utilisation du sulfate de cuivre © Radio France - Nina Valette

Marne, France

"Si l’Union européenne baisse le dosage du cuivre, _c’est la mort de l’agriculture biologique_" lance Dominique Lelarge.  Il est vigneron depuis plus de 30 ans dans la Marne, mais c’est en 2010 qu’il a choisi de se convertir au bio : "C’est une vraie décision, un vrai changement de vie et je ne regrette pas du tout" souligne le producteur de champagne. Mais aujourd’hui, Dominique s’inquiète pour l’avenir de son vignoble et de la filière.  Il craint que l’Union européenne limite l’utilisation du cuivre sur ces pieds de vignes. 

De 6 à 4 kilos 

Pour le moment, l’usage de cuivre est limité à 6 kilos par hectare et par an dans l’agriculture bio et conventionnelle pour traiter les maladies. Un produit que les agriculteurs peuvent lisser sur 5 ans. Cela permet de compenser d’une année sur l’autre en fonction des besoins.  L’Union européenne envisage de diminuer le dosage et passer à 4 kilos sans possibilité de lisser l’utilisation sur plusieurs année. 

Il est impossible pour nous de faire sans le cuivre - Dominique Lelarge, agriculteur à Vrigny 

Une année 2018 exceptionnelle, mais dans ce métier, il faut sans cesse recommencer. La météo 2018, ne sera pas la météo de 2019. C’est pour cela que la baisse des dosages de sulfate de cuivre inquiète l’agriculteur. "Cette poudre bleue est indispensable dans le bio. _C’est le seul médicament a pouvoir limiter les dégâts du mildiou" insiste le vigneron avant de rajouter "il est impossible pour nous de faire sans. Dans l'agriculture conventionnelle, ils ont d'autres produits pour compenser. Les agriculteurs bio vont donc se tourner vers le chimique". _

Les parlementaires se mobilisent 

Françoise Férat, sénatrice de la Marne a décidé d’aider et soutenir les agriculteurs. Elle a donc envoyé une lettre aux ministères des Affaires européenness et de l’Agriculture. Un courrier signé par 14 sénateurs et députés au total. 

Elle regrette surtout que l’agriculteur ne puisse plus lisser le dosage du cuivre sur plusieurs années. " Il faut faire confiance aux agriculteurs français. Ils n’utilisent pas du cuivre pour le plaisir d’utiliser du cuivre et dépenser de l’argent inutilement. Non ! Ils utilisent cette poudre parce qu’il y a un risque pour le vignoble. " 

La sénatrice espère donc que le gouvernement interviendra pour limiter la casse et non pas le cuivre.

Choix de la station

France Bleu