Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

Mois de la bio en Nouvelle-Aquitaine : les agriculteurs "sous pression" pour faire évoluer leurs pratiques

-
Par , France Bleu Gironde

Le mois de la bio bat son plein en Nouvelle-Aquitaine. Un mois, 80 rencontres destinées aux agriculteurs qui veulent se convertir ou ceux qui sont déjà bio et veulent continuer à faire évoluer leurs pratiques. La Gironde est un "bon élève" en terme de passage au bio.

Philippe Abadie, directeur du service entreprises à la Chambre d'agriculture de la Gironde, invité de France Bleu Gironde
Philippe Abadie, directeur du service entreprises à la Chambre d'agriculture de la Gironde, invité de France Bleu Gironde © Radio France - Aurélie Bambuck

Gironde, France

C'est le mois de la bio, en Nouvelle-Aquitaine. Un mois de promotion et d'échanges entre agriculteurs pour faire évoluer les pratiques dans la région. La Gironde fait plutôt figure de bonne élève en terme de taux de conversion en bio, de surfaces cultivées en bio. 12% des agriculteurs girondins ont déjà sauté le pas, un chiffre qui connaît "une forte augmentation annuelle, +20% par an ces dernières années", explique Philippe Abadie, directeur du service entreprises à la Chambre d'agriculture de la Gironde. Point supplémentaire : le département compte "une forte proportion de personnes en conversion".

Cette forte tendance haussière s'explique par deux phénomènes : le marché est demandeur en produits bio (+15% par an pour les produits alimentaires) et "les agriculteurs ressentent le besoin d'évoluer dans leurs pratiques, via le bio ou d'autres certifications". Des agriculteurs qui souffrent notamment de la mauvaise image liée par exemple à l'usages des pesticides.  Ils en ont marre d'être "montrés du doigt et dénigrés alors qu'ils font leur possible pour nourrir la population", souligne Philippe Abadie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu