Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Moissons en Sarthe : malgré les fortes chaleurs, des rendements en hausse

-
Par , France Bleu Maine

Les récoltes d'orges et de blé qui se terminent sont meilleures que l'an dernier en Sarthe. Si les rendements sont plus élevés, la qualité est parfois moindre. Mais globalement, les deux périodes de canicule n'ont pas eu d'impact négatif, souligne la Chambre d'agriculture.

Les moissons de l'orge et du blé touchent à leur fin en Sarthe (photo d'illustration)
Les moissons de l'orge et du blé touchent à leur fin en Sarthe (photo d'illustration) © Maxppp - Photo PQR / Est Eclair

Sarthe, France

Les deux périodes de fortes chaleurs, fin juin et fin juillet n'ont pas fait souffrir l'orge et le blé cultivés en Sarthe. "Contrairement à ce qu'on aurait pu croire, la canicule n'a pas eu d'impact négatif", résume Laëtitia Temen, conseillère agronomie à la Chambre d'agriculture. "Les cultures s'adaptent aux coups de chaud, grâce à la recherche génétique. Les semenciers modifient leurs produits pour tenir compte des variations climatiques", précise la technicienne.

Au moins dix quintaux de plus à l'hectare que l'an dernier

En Sarthe, les rendements de 2019 sont ainsi meilleurs que ceux de l'an dernier. Pour l'orge, ils se situent, en moyenne à "71 quintaux par hectare, contre 61 en 2018" et pour le blé : "75 quintaux par hectare au lieu de 63 l'an passé". Ces niveaux constituent "une belle réussite", relève Laëtitia Temen. "Nous sommes agréablement surpris de la productivité des céréales à paille". 

Un déficit en protéines 

La qualité est elle aussi au rendez-vous avec tout de même quelques nuances. Le "poids spécifique" atteint de "très bon niveaux, surtout pour le blé", souligne la conseillère agronomie de la Chambre d'agriculture de la Sarthe. Mais la teneur en protéines n'est pas optimale. "Lorsque les rendements sont importants, la quantité d'azote diminue, ce qui se traduit pas des teneurs en protéines moins bonnes", explique Laëtitia Temen. Ce déficit ne devrait toutefois pas jouer sur les prix de vente des céréales car "les rendements devraient compenser".

Choix de la station

France Bleu