Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Sécurité : comment fonctionne le silo de Mirebeau-sur-Bèze ?

jeudi 20 juillet 2017 à 16:26 Par Soizic Bour, France Bleu Bourgogne

Les moissons sont presque terminé et les silos se remplissent à vue d’œil. Mais comment fonctionne un silo ? Et comment les employés sont-ils protégés ?

L'un des 4 silos du site de Mirebeau-sur-Bèze.
L'un des 4 silos du site de Mirebeau-sur-Bèze. © Radio France - Soizic Bour

Mirebeau-sur-Bèze, France

Les moissons touchent à leur fin et les silos de la région tournent à plein régime. Les agriculteurs ont peur qu'il pleuve ce jeudi, alors ils se sont beaucoup activés pour ces moissons et le stockage de graines. Colza, orge et blé, les grains sont actuellement entrain d'être entreposés dans les nombreux silos de Côte d'Or, dont beaucoup font partie de Dijon Céréales.

30 000 tonnes de grains à Mirebeau-sur-Bèze

À côté de Dijon, dans le Val de Saône, près de 30 000 tonnes sont déjà stockées dans le silo de Mirebeau sur Bèze, et ce n'est pas fini. Le site de stockage de Mirebeau sur Bèze comporte 4 silos distincts et peut accueillir jusqu'à 40 000 tonnes de grains maximum. Il emploie 4 personnes à l'année, mais l'été, 4 saisonniers viennent prêter main forte, en renfort.

4 saisonniers travaillent actuellement au silo. - Radio France
4 saisonniers travaillent actuellement au silo. © Radio France - Soizic Bour

Le grain arrive par les camions et les tracteurs, directement dans la cour. Là, première étape, contrôler la qualité du grain grâce à une sonde. "En fonction de la qualité, on classe les graines", explique Rémi Déchelette, le chef de silo.

Fosses de réception puis cellules de stockage

Les camions se placent ensuite dans ce qu'on appelle des fosses de réception, juste en dessous du silo, puis le grain est monté grâce à un élévateur dans les cellules. "Les cellules ce sont des petites cuves qui vont de 120 à 1 700 tonnes où sont stockées les graines", ajoute Rémi Déchelette.

L'intérieur du silo de Mirebeau-sur-Bèze. - Radio France
L'intérieur du silo de Mirebeau-sur-Bèze. © Radio France - Soizic Bour

Puis, le triage vers les différentes cellules, c'est Aymeric, saisonnier, qui s'en charge, grâce à l'aide d'un grand panneau lumineux représentant le silo, avec des boutons à pousser manuellement. "J'accueille les paysans, je les fait déposer leurs graines dans les fosses en fonction de la qualité puis il ne faut pas faire de bêtises quand on pousse les boutons pour envoyer les graines dans les cellules", raconte-t-il.

Aymeric et son panneau lumineux pour envoyer le grain au bon endroit dans le silo. - Radio France
Aymeric et son panneau lumineux pour envoyer le grain au bon endroit dans le silo. © Radio France - Soizic Bour

Un silo nettoyé et des équipements sans cesse vérifiés

À l'intérieur du silo, des machines de triage, d'acheminement et de dégrossissement des grains. Une mécanique bien huilée et surtout très sécurisée, ce qui est important et n'a pas toujours été le cas d'ailleurs. Heureusement, de gros efforts ont été faits, selon Rémi Déchelette, chef de silo à Mirebeau pour Dijon Céréales : "Avant, les silos n'étaient pas forcément bien nettoyés et c'est comme ça que pouvaient arriver des explosions. Mais depuis quelques années, on nettoie notre silo avant et après chaque moisson puis on a des équipes de maintenance qui vérifient sans cesse les équipements et les roulements notamment, qu'il faut parfois changer".