Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

VIDÉO : Montez à bord du "Corentin Lucas" pour découvrir le difficile métier de pêcheur, à Boulogne-sur-mer

vendredi 18 mai 2018 à 8:29 Par Matthieu Darriet, France Bleu Nord

C'est une aventure assez exceptionnelle. France Bleu Nord a pu embarquer à bord d’un petit bateau de la flotte boulonnaise, pour participer à une marée de pêche. Au menu : du homard, du crabe et de la seiche.

Le Corentin Lucas pêche toujours la sole, mais il s'est diversifié dans les casiers à crabe, homard et seiche.
Le Corentin Lucas pêche toujours la sole, mais il s'est diversifié dans les casiers à crabe, homard et seiche. © Radio France - Matthieu Darriet

Boulogne-sur-Mer, France

Par mer calme, une nuit étoilée et une matinée ensoleillée, ça n'empêche pas d'être malade pour les non-initiés. Jonathan Delsart, le patron pêcheur du Corentin Lucas, avoue que, quand il a commencé, le mal de mer a perduré pendant quatre ans ! C’est en parlant des dégâts de la pêche électrique sur la sole, que l’idée est venue d’embarquer avec lui, pour relever ses casiers de crabe, de homard et de seiche. Rendez-vous donc à deux heures du matin, pour charger le bateau, puis départ à trois heures. 

En pleine nuit, si le travail a l'air plutôt confort, vu depuis le passerelle. A l’arrière, pour les 4 hommes d’équipage, c’est une autre histoire. Remonter les casiers, c’est très physique et pas question de se reposer. Il faut aller vite, avec l’avancée du bateau, pour trier les prises. Et quand les casiers sont remis à l’eau, laissez une jambe ou un bras et vous seriez emportés. Un instant d’inattention et c’est toute la machine qui se bloque dans un fracas terrifiant. 

La pleine saison du crabe et du homard

Le Corentin Lucas continue de pêcher la sole ou le carrelet, mais il s’est diversifié. En six heures de mer, deux campagnes de pêche se succèdent. Cela commence par le crabe, sachant que dans les casiers, avec un peu de chance, les homards sont les bienvenues. Leurs pinces sont ensuite immobilisées par des élastiques. 

Après le homard, il y a la seiche. C'est tout aussi aléatoire, quant aux quantités remontées. Mais le patron, Jonathan Delsart, raconte qu’il suffit qu’une femelle rentre dans le casier, pour que ce soit le jackpot, puisque tous les mâles se précipitent pour la suivre ! 

Après une marée à bord, le regard change sur ce métier pratiqué par de vrais passionnés. Des hommes qui se posent des questions. Lucas, de fils de Jonathan Delsart est motivé pour aller à la pêche, lui aussi. Mais son père aurait plutôt voulu le décourager, car économiquement, ce n’est vraiment plus ça. L’avenir n’est pas très radieux.