Agriculture – Pêche

Moselle : la pluie n'entame pas le moral des premiers vendangeurs

Par Clément Lhuillier, France Bleu Lorraine Nord mercredi 13 septembre 2017 à 18:27

Emile, l'un des vendangeurs du Château de Vaux
Emile, l'un des vendangeurs du Château de Vaux © Radio France - Clément Lhuillier

Premiers coups de sécateur, ce mercredi, au domaine du Château de Vaux dans les vignes de Moselle. Un début de récolte perturbé par une météo capricieuse, mais qui promet tout de même un beau millésime.

Peu importe la pluie et le vent, "on est content de revenir à Vaux, de retrouver les copains" clame Jean-Noël, l'un des vingt-huit vendangeurs du Château de Vaux. Le domaine exploité par Norbert et Marie-Geneviève Molozay a entamé ce mercredi ses vendanges, sous une météo capricieuse.

Début de vendanges pluvieuses sur les coteaux mosellans - Radio France
Début de vendanges pluvieuses sur les coteaux mosellans © Radio France - Clément Lhuillier

"Ce n'est pas génial de travailler dans l'humidité, concède Marie-Geneviève Molozay, mais avec les températures fraîches, l'état sanitaire ne va pas trop se dégrader, donc pour nous, c'est du bonheur". Le millésime 2017, peu touché par le gel, contrairement à d'autres vignobles français, sera moins important en quantité, mais la qualité s'annonce excellente. La preuve dans ces vignes situées juste derrière le château, plantées d'Auxerrois, le cépage blanc typique de la Lorraine : le raisin est à maturité, "à point" comme le dit Emile, l'un des habitués de la récolte à Vaux. Cela fait près de dix ans que ce retraité de Serémange-Erzange vient donner des coups de sécateurs sur les coteaux de Moselle. "On fait cela pour le plaisir ! Et quand on ne pourra plus le faire, et bien on arrêtera et on boira le raisin qu'on a récolté."

Le cépage Auxerrois, typique du terroir lorrain, est à pleine maturité   - Radio France
Le cépage Auxerrois, typique du terroir lorrain, est à pleine maturité © Radio France - Clément Lhuillier

La mécanique est bien huilée : entre les employés chargés de couper le raisin, et ceux qui acheminent les bacs vers le pressoir sur lequel veille Norbert Molozay. Pour certains, ce n'est pas la première récolte de la saison. Jean-Noël et Valérie reviennent des vendanges en Champagne, et la comparaison tourne nettement à l'avantage des Mosellans : "Ici l'ambiance est plus familiale, et les vignes sont plus hautes, on se fait moins mal au dos" disent-ils de concert.

Valérie a déjà participé cette année aux vendanges en champagne. Mais elle se fait moins mal au dos avec les vignes, plus hautes, de Moselle   - Radio France
Valérie a déjà participé cette année aux vendanges en champagne. Mais elle se fait moins mal au dos avec les vignes, plus hautes, de Moselle © Radio France - Clément Lhuillier

Une bonne humeur qui se retrouve au moment de la (bien méritée) pause casse-croûte. Plutôt détendue également, malgré l'importance du travail à accomplir, Marie-Geneviève Molozay, est au petit soin avec les vendangeurs qu'elle dirige. Elle guette aussi le ciel avant de décider de la suite des opération. La récolte au Château de Vaux va s'étaler sur trois semaines, voire un mois.

La pause bien méritée des vendangeurs, avant de poursuivre la matinée  - Radio France
La pause bien méritée des vendangeurs, avant de poursuivre la matinée © Radio France - Clément Lhuillier