Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mossa Paisana veut repenser l’agriculture corse

-
Par , , France Bleu RCFM

Une délégation de Mossa Paisana occupe les locaux de l’ODARC à Ajaccio ce jeudi pour se faire entendre. Le syndicat agricole réclame de nouvelles orientations pour l’agriculture corse et une entrevue avec les représentants du conseil exécutif de l’île.

Une délégation de Mossa Paisana occupe les locaux de l’Odarc à Ajaccio ce jeudi
Une délégation de Mossa Paisana occupe les locaux de l’Odarc à Ajaccio ce jeudi © Radio France - Marion Galland

Une dizaine de membres du syndicat Mossa paisana occupe depuis ce jeudi matin les locaux de l'ODARC à Ajaccio. Les agriculteurs ont demandé à être reçus par des représentants du conseil exécutif. Depuis bientôt deux ans expliquent-ils, leurs demandes de rencontre  avec Lionel Mortini, le président de l'ODARC, sont restées lettres mortes. Lionel Mortini qui s’est rendu à leur rencontre en ce début d’après-midi.

Plusieurs revendications

Mossa Paisana a de nombreuses revendications sur l'agriculture corse dans son ensemble et souhaite la tenue d'Assises de l'agriculture. Ils demandent par exemple le doublement de l'ICHN, la mise en place d'une cartographie des élevages, une vraie politique sur la gestion des terres incultes, la redéfinition du rôle de la SAFER ou encore la création d'une DSP alimentaire. 

« Changer de modèle »

Paul Piazza, représentant de Mossa Paisana : « Il est impensable d’être agriculteur sur notre sol et de ne pas pouvoir y vendre notre production, avec des matières importées de toute l’Europe… Il existe une DSP maritime concernant les produits de première nécessité (produits carnés, laitiers, etc…) alors que nous agriculteurs on ne bénéficie pas de cette DSP par rapport aux importations de ces aliments. _Je trouve aberrant qu’_on trouve sur les étales de l’agneau Néozélandais ou Anglais alors que des petits producteurs ici et des éleveurs ovins en période charnière de Noël ou de Pâques sont obligés de les brader à 2,5 euros en Sardaigne car ils n’arrivent pas à les vendre ici. Il faut changer un modèle, on ne peut pas faire du neuf avec du vieux, il faut repenser l’agriculture, en être maître ici en Corse et pas forcément se calquer sur un modèle européen. » 

Paul Piazza, représentant de Mossa Paisana

Choix de la station

À venir dansDanssecondess