Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Mytiliculteur en baie de Somme, le métier à l'origine de nos cocottes de moules

-
Par , France Bleu Picardie, France Bleu

Eleveur de moules est un métier au cœur de la gastronomie picarde, notamment l'été. Guillaume Delaby et sa famille sont mytiliculteurs au Crotoy, à deux pas de la station balnéaire de la baie de Somme.

La mytiliculture est le vrai nom de l'élevage de moules.
La mytiliculture est le vrai nom de l'élevage de moules. © Radio France - Guillemette Franquet

Le Crotoy, France

La famille Delaby est un des plus gros producteurs de moules de la baie de Somme, avec 500 tonnes de ces coquillages produites par an. 

La pêche aux moules se fait dès février et jusqu'au début de l'automne, mais pour Guillaume, un des fils du couple fondateur de la maison Delaby, elles sont meilleures l'été : "Avec le réchauffement de l'eau, le plancton est plus riche, donc les moules mangent plus, et grossissent plus, c'est comme pour les humains !".

Des journées de travail titanesques

L'été est une saison de travail intense pour les mytiliculteurs. Dès que la marée est basse, soit une à deux fois par jour, le parc à moules est émergé. Les pêcheurs enfilent leur waders, cette combinaison mêlant bottes et pantalon en plastique imperméable, pour aller cueillir des moules ou faire des travaux sur les centaines de pieux du parc. 

Les mytiliculteurs enfilent une waders avant d'entrer dans l'eau. - Radio France
Les mytiliculteurs enfilent une waders avant d'entrer dans l'eau. © Radio France - Guillemette Franquet

La tâche du jour consiste à remplacer des poteaux cassés par des neufs en bois exotique, plus résistant. Guillaume Delaby, aidé de trois hommes, s'arc-boute sur le poteau : "Comme ça, les moules pourront mieux s'accrocher dessus !".

La tâche du jour, remplacer des pieux cassés par des pieux neufs en bois exotique. - Radio France
La tâche du jour, remplacer des pieux cassés par des pieux neufs en bois exotique. © Radio France - Guillemette Franquet

Pas d'appellation d'origine protégée pour le moment

Obtenir l'appellation d'origine protégée (AOP), comme celle des moules de la baie du Mont-Saint-Michel, n'est pour le moment pas du tout envisagé par Guillaume Delaby. Le mytiliculteur est surtout refroidi par les nombreuses contraintes : "Avec l'AOP, on doit faire des analyses en plus, ce qui coûte cher. Et il faut attendre que la moule ait au moins 20% de chair avant de la cueillir."

Fier de ses moules de bouchot, Guillaume Delaby les trouve de toute façon meilleures, et s'en explique : "La biodiversité ici est magnifique, les eaux sont riches en plancton, donc de toute façon, moi, je les préfère, nos moules de la baie de Somme".

Choix de la station

France Bleu