Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Naufrage du Défi au large de Port-en-Bessin : l'armateur et le patron du chalutier condamnés au Havre

jeudi 28 juin 2018 à 17:22 Par Olivier Duc, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Le tribunal Maritime du Havre a condamné l'armateur du chalutier le Défi à 3 ans de prison dont 2 avec sursis. Le patron du chalutier qui avait sombré au large de Port-en-Bessin le 29 octobre 2017 est condamné à 18 mois de prison avec sursis. Ils sont jugés responsables de la mort d'1 des 3 marins.

Le Tribunal Maritime du Havre a condamné l'armateur et le patron du chalutier le défi qui avait sombré au large de Port-en-Bessin en octobre 2017
Le Tribunal Maritime du Havre a condamné l'armateur et le patron du chalutier le défi qui avait sombré au large de Port-en-Bessin en octobre 2017 © Radio France - Olivier Duc

Caen, France

Le chalutier le Défi avait sombré de nuit au large de Port-en-Bessin le 29 Octobre 2017. Près de 19 mois après ce drame, l'armateur a été condamné à trois ans de prison dont deux ans avec sursis par le tribunal Maritime du Havre. Le patron du chalutier a été condamné 18 mois de prison avec sursis. Les deux hommes ont été jugés responsable de la mort de Cédric Bouchard, l'un des trois marins qui se trouvait à bord.

L' Armateur est également interdit d'exercer son métier pendant trois ans et de naviguer pendant 18 mois dans les eaux françaises. L'interdiction est de un an pour l'ancien patron du Défi.

Les deux hommes étaient présents au moment du délibéré. Ils n'ont pas souhaité s'exprimer. 

Le père et la sœur de Cédric, tué lors du naufrage, en compagnie du père du jeune Alexis (à gauche) - Radio France
Le père et la sœur de Cédric, tué lors du naufrage, en compagnie du père du jeune Alexis (à gauche) © Radio France - Olivier Duc

L'incompréhension des parties civiles

Parmi les parties civiles, le père et la sœur de Cédric ont écouté la décision du tribunal. Ils regrettent le côté temporaire de l'interdiction pour le jeune armateur du Défi d'exercer son métier.

On est juste déçu que l'armateur ait encore le droit d'exercer vus tous les défauts qu'il y avait sur le bateau. C'est quelqu'un qui ne devrait pas avoir quelqu'un sous sa coupe, explique Magalie, la sœur de la victime. Dans trois ans il peut reprendre un bateau et des hommes et recommencer.

Le procureur de la République avait requis lors du procès l'interdiction définitive d'exercer sa profession à l'encontre de l'armateur. 

Quatre mois avant, il (l'armateur) devait déjà faire des travaux sur le bateau, poursuit le père de Cédric. Le jour même où le bateau a coulé, les affaires maritimes ont interdit qu'il ressorte en mer. Il a refait ressortir son bateau feu éteint dans une zone interdite. Et le bateau a coulé.

Le navire avait été victime d'un phénomène de croche alors qu'il pêchait la coquille Saint Jacques. Au moment du naufrage, le plus jeune des trois marins, Alexis, alors âgé de 17 ans, avait sauvé le patron du chalutier et alerté les secours à l'aide d'une fusée. Il sera décoré en septembre prochain pour son acte de bravoure.