Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

"On ne sait jamais comment on va être mangé" : l'ombre du Brexit plane sur les producteurs de champagne

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Au salon VITeff à Épernay, la technologie au service du champagne s'expose jusqu'à vendredi. L'occasion de faire le point avec les exploitants sur une autre échéance : le Brexit, prévu le 31 octobre, qui pourrait avoir de lourdes conséquences pour notre champagne.

La Grande-Bretagne est le 1er marché d'export du champagne : 26 millions de bouteilles expédiées outre-Manche rien qu'en 2018.
La Grande-Bretagne est le 1er marché d'export du champagne : 26 millions de bouteilles expédiées outre-Manche rien qu'en 2018. © Radio France - Louis-Valentin Lopez

Épernay, France

L'Union Européenne et le Royaume-Uni vont-ils enfin conclure un accord sur le Brexit ? Depuis mardi la thèse est de plus en plus crédible : le négociateur de l'UE Michel Barnier se dit optimiste pour trouver un "deal" cette semaine, et le négociateur britannique parle lui d'un "accord très possible".

Les Anglais ne font que des menaces", Michel Zarlenga, producteur à Mardeuil

Moins de craintes d'un "no deal", donc, mais au salon VITeff à Épernay certains producteurs pointent du doigt le comportement des institutions britanniques. De petits exploitants sont exaspérés, comme Michel Zarlenga : "Ce n'est pas que ça fait peur, c'est qu'on ne sait jamais comment on va être mangé", déplore le producteur de Mardeuil. "Ce ne sont que des menaces. Les Anglais ne font que des menaces."

Ceux qui voulaient s'exporter hésitent

Puis, il y a l'hésitation de ceux qui voulaient s'exporter. C'est le cas de Stéphanie Legrand, co-gérante d'une exploitation familale à Vandières : "Je ne vais pas dire que ça tombe à l'eau, parce que je positive toujours. Mais ça sera quand même plus ennuyeux".  Benoît Tixier, de Chigny-les-Roses s'informe lui régulièrement sur le Brexit : "On suit de près ce qui se passe, évidemment. Après, je pense que les plus grosses structures ont déjà anticipé ce problème-là."

Des rencontres étaient organisées au salon ce mardi avec un thème éloquent : "La fin de l'idylle anglo-champenoise ?" - Radio France
Des rencontres étaient organisées au salon ce mardi avec un thème éloquent : "La fin de l'idylle anglo-champenoise ?" © Radio France - Louis-Valentin Lopez

L'impact du Brexit va être moins fort que pour des produits d'entrée de gamme", Christophe Juarez, directeur général à Nicolas Feuillate

Des géants du champagne ont pris les devants. Nicolas Feuillate, par exemple, a prévu des stocks de sécurité avec ses distributeurs en Angleterre avant les fêtes. Christophe Juarez, le directeur général, est confiant : "Les prix de nos produits sont relativement élevés donc l'impact du Brexit va être moins fort que pour des produits d'entrée de gamme, comme des vins tranquilles qui vont subir la concurrence des vins du nouveau monde", analyse-t-il. "Ce que le champagne n'a pas puisque par essence, il n'est de champagne que de la Champagne."

Christophe Juarez, directeur général à Nicolas Feuillate, détaille la stratégie de la société face au Brexit.

La Grande-Bretagne reste le premier marché d'export du champagne  : 26 millions de bouteilles ont été expédiées de l'autre côté de la Manche rien qu'en 2018.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu