Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On ne veut plus travailler à perte" le cri du cœur d'une délégation d'agriculteurs à Guéret

-
Par , France Bleu Creuse, France Bleu Limousin

Ils vendent leurs produits à perte, leurs retraites sont au ras du plancher, et les aides promises tardent à arriver. Une délégation du Modef, un syndicat agricole classé à gauche, a choisi Guéret pour tenter de se faire entendre.

Une manif symbolique pour de lourds problèmes
Une manif symbolique pour de lourds problèmes © Radio France - Olivier Estran

"Nous sommes agriculteurs et nous voulons pouvoir vivre de notre métier !"  C'est le message porté par une délégation du Modef, un syndicat agricole classé à gauche. Au total, 25 agriculteurs du Limousin , mais aussi de l'Indre, du Cantal ou du Gers sont venus manifester symboliquement à Guéret.

Ils sont allés interpeller le suppléant du député Jean Baptiste Moreau , puis dialoguer avec la préfète de la Creuse.  Ils demandent une revalorisation de leurs pensions de retraites, et surtout un meilleur cadrage des prix. La Loi Alimentation, initiée par le député de la Creuse est sensée leur apporter de meilleurs revenus mais pour eux ça ne fonctionne pas.

Moins de revenus et moins de vaches en Creuse

"Cette loi a surtout été néfaste pour l'image des agriculteurs aux yeux des consommateurs", assure Francky Chataignoux, vice-président national de ce syndicat et éleveur de vaches Limousines à Grand-Bourg (Creuse) "au niveau production, on a aucune retombée."

"On revendique qu'on nous achète la viande, le principal produit de la Creuse, au prix fixé par un coût de production. Aujourd'hui on nous l'achète au bas mot 30 à 40 centimes en dessous du prix de production. On travaille donc à perte."

"Je travaille à perte" explique Francky Chataignoux

"On tente de tenir en tapant dans la trésorerie et en réduisant à chaque fois notre cheptel. Mais si on réduit la taille de nos troupeaux, on perd aussi nos ressources. L'année va passer et ça va devenir de plus en plus compliqué. D'ailleurs , on le voit bien au niveau de la Creuse, l'effectif du cheptel bovin ne cesse de diminuer."

Les agriculteurs dénoncent aussi une hausse du gas-oil. Ils bénéficient d'un tarif préférentiel, mais à partir du 1er juillet le prix de ce carburant va augmenter pour eux de 20 centimes par litre. Une hausse qui va aggraver leur situation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess