Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

Dans la Somme, cet éleveur laitier fête Noël au rythme des traites

-
Par , France Bleu Picardie, France Bleu

A Noël, les vaches ne s'arrêtent pas de produire. Ce 25 décembre, l'éleveur Jean-Louis Bouthors, installé dans la Somme, travaillera comme tous les autres jours de l'année, et comme la quasi-totalité des agriculteurs français. Mais entre les deux traites, il s'est organisé pour s'octroyer une pause.

 La famille de Jean-Louis Bouthors, qui va fêter Noël au rythme de la traite.
La famille de Jean-Louis Bouthors, qui va fêter Noël au rythme de la traite. © Radio France - Marie Roussel

Daours, France

Dans l'exploitation familiale de Jean-Louis Bouthors, installée à Daours, dans la Somme, le 25 décembre, c'est un jour comme les autres. "_On n'a pas mis de guirlande autour du cou des vaches_, ni de sapin ! Il n'y a pas de tenue festive", plaisante-t-il.

Au rythme des deux traites journalières

Les quarante-huit bêtes ont quand même droit à une bonne ration de fourrage, mais c'est simplement parce que l'éleveur a anticipé. "Cela correspond à la ration d'une journée et demi", explique l'agriculteur. Une organisation qui permet à Jean-Louis Bouthors de profiter un peu de sa famille. "On fait un petit Réveillon le 24 décembre mais on ne se couche pas trop tard, parce que le lendemain à 6h30 il y a la traite. Et le jour du 25, on sait que vers telle heure il faut accélérer le repas parce qu'à 17h, après le café, il faut aller traire à nouveau."

Il y a une astreinte quotidienne. L'élevage, c'est du 1er janvier au 31 décembre, sept jours sur sept."

Jean-Louis Bouthors et sa famille passent donc Noël au rythme des deux traites journalières. "Il y a une astreinte quotidienne, même si on est en société. L'élevage c'est du 1er janvier au 31 décembre, sept jours sur sept." 

L'exploitant s'est habitué à ces contraintes. Elles ne le dérangent pas, du moment que les consommateurs en sont bien conscients. "Quand on ouvre le frigo, qu'on prend la brique de lait, le fromage ou le plateau de fromages, on a tendance à oublier que derrière tout cela : il y a des éleveurs et des familles."

Pour cette année 2020, l'agriculteur n'a qu'un souhait : un prix du lait plus élevé, pour une rémunération plus juste du travail des éleveurs.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu