Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Nouvelle mobilisation ce samedi contre le projet de ferme de 1200 taurillons à Coussay-les-Bois dans le nord Vienne

-
Par , France Bleu Poitou

"Le collectif d'opposants à la ferme-usine" des 1200 taurillons appelle à une nouvelle manifestation ce samedi 21 septembre entre Coussay-les-Bois et Châtellerault. Les citoyens sont invités à venir en famille avec des dessins de vaches et des boîtes à meuh.

La première mobilisation contre le projet de ferme-usine avait réuni 750 manifestants le 17 janvier 2016.
La première mobilisation contre le projet de ferme-usine avait réuni 750 manifestants le 17 janvier 2016. © Radio France - Jules Brelaz

Coussay-les-Bois, France

C'est la troisième fois que le "collectif d'opposants à la ferme-usine de Coussay-les-Bois" appelle à une grande mobilisation. Ce samedi 21 septembre, un cortège de tracteurs et de voitures va défiler dans les rues du village de la Vienne situé près de La Roche-Posay pour rejoindre la sous-préfecture de Châtellerault. Les manifestants veulent ainsi mettre la pression sur l'Etat alors que les pouvoirs publics ont jusqu'au 26 septembre pour accorder ou refuser les permis de construire. 

"Nous demandons aux gens de venir avec le maximum de panneaux représentant des dessins de vaches avec ou sans slogan et nous déposerons toutes les pancartes au pied de la sous-préfecture de Châtellerault" - Dominique Brunet, du collectif d'opposants

Tracteurs, voitures, poussettes, trottinettes...

Le rassemblement est prévu samedi à 13h00 devant la salle des fêtes de Coussay-les-Bois. Le cortège de tracteurs et de voitures se dirigera ensuite vers Châtellerault. Les véhicules sauf engins agricoles resteront stationnés sur le parking du Verger à 14h00 et les manifestants poursuivront le mouvement à vélo, poussettes et trottinettes, avant d'être rejoint par la Marche pour le Climat. Tous rallieront ensuite la sous-préfecture de Châtellerault.

"C'est pour dire au sous-préfet que l'on ne veut pas de ces animaux en stabulation qui ne verront pas un brin d'herbe ni un coin de soleil", explique Dominique Brunet, éleveur à Pleumartin et co-président de l'Association de sauvegarde et de la protection de l'environnement de Coussay-les-Bois (Aspect).

Les permis de construire sur le bureau du sous-préfet de Châtellerault

Porte-parole du collectif d'opposants, Dominique Brunet décrit une situation administrative "ubuesque" autour de ce dossier qui suscite la controverse depuis 2014. La préfecture de la Vienne a d'abord autorisé les premiers permis de construire déposés par les porteurs du projet. 

"Il y a une nappe phréatique sous l'emplacement prévu pour la ferme-usine, une nappe qui alimente les communes de Coussay-les-Bois, Lésigny-sur-Creuse et Mairé, le jour où il y aura de la pollution, on fera comment ?" - Michel Favreau, maire de Coussay-les-Bois

Saisi par les opposants, le tribunal administratif de Poitiers avait ensuite annulé les permis concernant les bâtiments d'élevage, les panneaux photovoltaïques et l'unité de méthanisation. Les opposants craignent désormais que la sous-préfecture de Châtellerault autorise à nouveau les travaux, sans attendre la décision de la Cour d'appel de Bordeaux. 

"L'administration de l'Etat ne remplit pas son rôle ! C'est une zone protégée où il est interdit de construire et on nous dit - on s'en fout!" - Michel Favreau, maire de Coussay-les-Bois

Depuis la première heure, Michel Favreau est opposé à la construction d'une ferme de 1200 taurillons sur la commune dont il est maire. Malgré son refus d'accorder le permis de construire, la préfecture a donné un feu vert aux porteurs du projet. "Là, c'est l'exemple le plus flagrant, un maire d'une commune ne sert à rien, nous avons une carte communale que nous avons fait instruire par un cabinet privé indépendant et ça ne sert à rien. Les autorités donnent le permis de construire à ces gens qui ne sont pas des agriculteurs mais des industriels, je n'ai encore jamais vu ça !"

Choix de la station

France Bleu