Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Obligation de débarquement des poissons : Boulogne-sur-mer dans la course à l'innovation pour une pêche plus sélective

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Nord, France Bleu

La filière pêche est confrontée à un vrai défi. L'obligation européenne de débarquer, à terre, toutes les captures, impose de travailler avec des filets plus sélectifs, sur les espèces et leur taille. Le but est de préserver la ressource en mer.

Des recherches sont en cours pour tester des filets lumineux (ici des lampes SafetyNet, dans le bassin d'essai d'Ifremer, à Lorient) pour rendre la pêche plus sélective.
Des recherches sont en cours pour tester des filets lumineux (ici des lampes SafetyNet, dans le bassin d'essai d'Ifremer, à Lorient) pour rendre la pêche plus sélective. - Pascal Larnaud (Ifremer)

Boulogne-sur-Mer, France

Depuis le début de d’année, petits et gros pêcheurs sont soumis à l’obligation de débarquement. Ils doivent ramener, au port, tous les poissons et crustacés capturés, même ceux qui n'ont aucune valeur commerciale. 

Filets lumineux

Un principe du "zéro rejet",  imaginé par la Commission européenne, pour encourager les professionnels à être plus sélectifs. La filière travaille donc sur toutes les innovations, comme par exemple des filets lumineux. Ils sont actuellement testés en bassin d’essai et en action de pêche en mer. 

Loeiza Lancelot est la responsable du projet Selux : "Nous étudions le comportement des poissons par rapport à la lumière. On regarde si certains poissons, qu'on ne souhaite pas conserver, sont attirés par la lumière, ainsi on pourrait installer la lumière à l'opposé du filet sélectif pour que le poisson s'éloigne. Et inversement."

En bassin d'essai, ou en action de pêche en mer, des filets lumineux sont en cours de test dans la région. Des caméras sont installées dans les chaluts pour étudier le comportement des poissons. - Aucun(e)
En bassin d'essai, ou en action de pêche en mer, des filets lumineux sont en cours de test dans la région. Des caméras sont installées dans les chaluts pour étudier le comportement des poissons. - Pascal Larnaud (Ifremer)

La difficulté est de gérer, dans le chalut, des espèces de poissons différentes qui ne sont pas vendables à la même taille, explique Manon Joguet, du From nord, l’organisation des producteurs : "Il s'agit de conserver les captures de maquereau de 20 cm et plus, tout en permettant au merlan de moins de 27 cm de s'échapper."

"On a un petit delta entre 20 et 27 cm qui ne peut pas être réglé par du maillage, sinon on perdrait tout. C'est ce qu'on espère améliorer grâce à l'installation des dispositifs lumineux."

Un système simple et peu coûteux de leds ou de fils fluorescents pourrait être installé directement sur des filets existants.

Rejeter des poissons vivants ?

Les poissons ramenés à terre qui ne valent rien, finissent en farine pour quelques centimes d’euros le kilo. Et certains sont même déduits des quotas de pêche. D’où l’idée du programme de recherches Sumari, qui étudie la survie des espèces, si on les rejette en mer, depuis le pont du bateau. Une expérimentation est en cours avec des raies bouclées hébergées par Stéphane Hénard à Nausicaá : "Les pêcheurs disent, nous ça nous fait mal au cœur de ramener à terre des petits poissons qui sont vivants, qui pourraient retourner peut-être à la mer et puis grandir pour une meilleure gestion de la ressource."

 Nausicaá héberge une quinzaine de bébés raies bouclées, comme celles-ci, dans le cadre d'un programme de recherche sur la pêche responsable. - Aucun(e)
Nausicaá héberge une quinzaine de bébés raies bouclées, comme celles-ci, dans le cadre d'un programme de recherche sur la pêche responsable. - Photo Nausicaá

Un observateur monte donc à bord d’un bateau, tous les mois, pour récupérer, dans les filets, une quinzaine de très jeunes raies, deux fois plus petites que la taille commercialisable. Ensuite, leur capacité de récupération est testée : "Dans les quatre à cinq premiers jours, l'animal ne mange pas ; ensuite on va lui proposer de la nourriture."

"Au bout de quelques semaines, on pourra statuer sur les chances de récupération de l'animal et puis sa capacité à retourner dans le milieu et à grandir."

Les soigneurs vont aussi observer la capacité de ces raies à se reproduire. Les enseignements tirés permettront ensuite d‘obtenir de Bruxelles des assouplissements dans l’obligation de tout débarquer.