Agriculture – Pêche

Œufs contaminés : les éleveurs normands veulent rassurer les consommateurs

Par Boris Hallier, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu mercredi 9 août 2017 à 19:19 Mis à jour le mercredi 9 août 2017 à 21:44

Laurence Sellos élève 10.000 poules pondeuses à Alvimare, près d'Yvetot.
Laurence Sellos élève 10.000 poules pondeuses à Alvimare, près d'Yvetot. © Radio France - France Bleu Normandie

Le scandale des œufs contaminés prend de l'ampleur en Europe. Cinq usines françaises ont reçu des œufs importés des Pays-Bas et de Belgique, ce qui inquiète les consommateurs. En Seine-Maritime, les producteurs se veulent rassurants.

Sur le marché d'Yvetot, l'affaire des œufs contaminés inquiète certains clients. "Bien sûr que cela m'inquiète. On respire tellement de choses toxiques dans l'air, alors si maintenant on commence à manger des œufs contaminés....", soupire Renée, qui vérifie toujours la provenance des produits qu'elle achète.

Christian aussi fait attention à l'origine des œufs qu'il consomme. C'est pour lui "une question de qualité". "Cette affaire d’œufs contaminés me rappelle la vache folle", explique-t-il.

Les vendeurs tentent de rassurer

"J'ai déjà trois clients depuis ce matin qui m'ont demandé si mes œufs étaient contaminés", sourit Kevin derrière son étal. "Je leur réponds qu'ils n'ont rien à craindre et généralement ils comprennent". Sylvie, elle, rappelle que ses œufs sont produits localement, en plein air. "Ils sont tous marqués avec le chiffre 1, qui indique que les poules sont élevées en plein air".

Sylvie l'assure, ses œufs sont de qualité.  - Radio France
Sylvie l'assure, ses œufs sont de qualité. © Radio France - France Bleu Normandie

Le pou rouge, fléau des élevages de poules pondeuses

À Alvimare, près d'Yvetot, Laurence Sellos élève 10.000 poules pondeuses. Son premier argument pour rassurer les consommateurs, c'est que le fipronil, l’insecticide incriminé, n'est pas utilisé en France. "Il n'y a rien à craindre. Il n'y a que treize lots qui sont concernés en France, c'est rien du tout par rapport à la masse d’œufs consommés chaque jour", explique l'éleveuse qui est également responsable de la filière avicole à la FNSEA 76.

Le fipronil est en fait un anti-parasite utilisé pour lutter contre les puces pour les chiens ou les chats. Mais il est interdit pour les animaux destinés à être consommés. Or, les éleveurs de poules pondeuses peuvent être confrontés à des infestations de poux rouges, des parasites très nuisibles pour leurs poules.

Il suffit à Laurence Sellos de passer sa main dans certains recoins de son poulailler pour avoir le doigt recouvert de poux rouges. - Radio France
Il suffit à Laurence Sellos de passer sa main dans certains recoins de son poulailler pour avoir le doigt recouvert de poux rouges. © Radio France - France Bleu Normandie

"Ces poux perturbent l'afflux sanguin des poules. Si rien n'est fait, elles peuvent mourir. C'est pour cela que l'on est très vigilants à ce qu'il n'y ait pas d'infestations", précise Laurence Sellos. Pour traiter les poules, à défaut d'utiliser du fipronil, les éleveurs peuvent utiliser des insecticides validés par les autorités sanitaires. Laurence Sellos, elle, privilégie les produits à base d'huile essentielle.