Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Opération coup de poing des agriculteurs chez le président de la Sepanso des Landes

-
Par , France Bleu Gascogne

Des agriculteurs ont installé des ballots de paille ce dimanche sur la route donnant accès au domicile du président de la Sepanso des Landes, à Cagnotte. L'association environnementale a l'intention de porter plainte.

Banderole installé à Cagnotte (Landes) par les Jeunes Agriculteurs des Landes
Banderole installé à Cagnotte (Landes) par les Jeunes Agriculteurs des Landes - Photo fournie par la Sepanso40

Des agriculteurs en colère ont mené une action coup de poing à Cagnotte (Landes), ce dimanche soir 14 mars, près du domicile de Georges Cingal, le président dans les Landes de l'association environnementale Sepanso. L'action a été revendiquée par les Jeunes Agriculteurs des Landes (JA40). Des ballots de paille ont été installés sur une route donnant accès à la propriété de Georges Cingal et plusieurs banderoles ont été installés aux alentours, avec des inscriptions comme "La Sepanso tue les paysans. Merci Cingal" ou "1 suicide / Jour : ça ne suffit pas !!! Merci Georges Cingal".

A la suite de cette action, la Sepanso dénonce un "écolobashing" et a chargé son avocat de déposer une plainte, dans les prochains jours, auprès du procureur de la République de Dax. 

A l'origine de ces tensions : un contentieux autour du pompage de l'eau, l'été, pour procéder à l'irrigation des cultures. Plusieurs associations environnementales, dont la Sepanso 40, ont obtenu gain de cause en février dernier devant le tribunal administratif de Pau. Les juges ont estimé qu'il fallait dorénavant plafonner les prélèvements en eau, ce qui va entraîner une diminution de l'irrigation. Le syndicat mixte Irrigadour, qui gère les prélèvements en eau, entend faire appel de cette décision qui, dans l'attente, s'applique. 

Des agriculteurs, mécontents de cette décision de justice, entendent protester : "Les agriculteurs sont déjà dans des situations précaires extrêmement difficiles, n'en rajoutons pas", écrit l'association des Jeunes Agriculteurs des Landes (JA40), dans un communiqué. Les JA40 estiment que cette décision de justice va entraîner une baisse de 30 à 50% des prélèvements en eau pour l'irrigation. "La Sepanso est une association qui met des bâtons dans les roues des agriculteurs depuis des années, dénonce Michaël Dolet-Fayet, le président des JA40. Les agriculteurs sont une cible facile, et aujourd'hui ils nous tapent dessus. Ça ne peut plus durer. Il est hors de question qu'on se laisse faire."

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

La Sepanso, de son côté, dénonce une agression. "Au niveau de la Sepanso, nous avons toujours été pacifistes, nous n'avons jamais fait d'actions violentes. Or là, certains agriculteurs ont pensé qu'ils pouvaient faire n'importe quoi. La Sepanso va leur rappeler que les Landes, ça n'est pas le Far West" déclare Georges Cingal. Sur le fond du dossier, la Sepanso déplore les conséquences, négatives pour l'environnement, de l'irrigation. "Lorsqu'on irrigue, l'eau entraîne les polluants qui ont été épandu sur les champs [vers les nappes phréatiques]" explique Georges Cingal. Son association défend de nouvelles pratiques, moins consommatrices en eau comme l'irrigation au goutte-à-goutte ou le paillage.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess