Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PHOTOS - Orage de grêle aux Fourgs : les foins totalement détruits pour les agriculteurs

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

Après le déluge de grêle qui s'est abattu sur les Fourgs ce lundi, le bilan est terrible pour les agriculteurs. 80% du territoire de la commune ont été touchés et les foins sont entièrement détruits. La commune espère obtenir un arrêté de reconnaissance de catastrophe naturelle.

Aux Fourgs, les foins ont littéralement été hachés menu lundi par des grêlons de la taille d'une balle de ping-pong.
Aux Fourgs, les foins ont littéralement été hachés menu lundi par des grêlons de la taille d'une balle de ping-pong. - Dimitri Imbert

"C'est le désastre, la catastrophe, on n'a plus rien". Au moment d'évoquer le terrible orage de grêle qui s'est abattu ce lundi sur la commune des Fourgs, André Zaugg, Dédé pour les copains a des larmes dans la voix. "Tout est couché, on ne sait pas si c'est encore récupérable,  ni comment le faucher. Il faut attendre du beau, on ne sait pas quand il viendra. C'est la cata". 

Les foins ont été hachés menu, broyés, et couchés par la grêle.
Les foins ont été hachés menu, broyés, et couchés par la grêle. © Radio France - Dimitri Imbert

Quinze jours de foin en stock au maximum

Pour cet agriculteur qui élève 45 vaches laitières sur le hameau des Granges Bérard, comme pour la quinzaine d'autres exploitants agricoles de la commune, les semaines et mois à venir s'annoncent difficiles : "Il nous reste trente balles de foin, on en a pour quinze petits jours, même pas." Mais pourquoi les foins n'ont ils pas été rentrés plus tôt ? "Ils n'étaient pas arrivés à maturité, on est à 1100 mètres d'altitude", explique de son côté Stéphane Cote-dit-Jacques, éleveur de 50 vaches laitières. 

De véritables torrents de grêlons

Comme les autres, tous deux ont perdu tout leur fourrage, 80% du territoire de la commune a été frappé par ce phénomène climatique "jamais vu auparavant", de l'aveu de tous dont le maire de la commune, Roger Belot. 

De véritables torrents de grêlons ont traversé les jardins.
De véritables torrents de grêlons ont traversé les jardins. © Radio France - Dimitri Imbert

Les dégâts sont multiples, c'est par endroits de véritables torrents de grêlons qui ont traversé des jardins. Gros comme des balles de ping-pong, certains ont même réussi à perforer les carrosseries  des voitures. 

Certains grêlons ont réussi à perforer les carrosseries des voitures.
Certains grêlons ont réussi à perforer les carrosseries des voitures. © Radio France - Dimitri Imbert

Mise en place d'une chaîne de solidarité 

Mais ce sont bien les exploitants agricoles qui lui payent le plus lourd tribut, d'autant qu'ils ne sont pas assurés contre la grêle. Pour les soutenir,  la Chambre d'agriculture du Doubs et les syndicats, Jeunes agriculteurs et FDSEA, ont fait le déplacement. Une fois réalisée une estimation des besoins, ils comptent mettre sur pied une chaîne de solidarité pour alimenter en foin le village. Pour eux l'objectif est aussi d'éviter une flambée des prix due à la spéculation.

La quinzaine d'exploitants de la commune ont reçu le soutien de la Chambre d'agriculture et des syndicats agricoles qui vont mettre en place un approvisionnement en foin.
La quinzaine d'exploitants de la commune ont reçu le soutien de la Chambre d'agriculture et des syndicats agricoles qui vont mettre en place un approvisionnement en foin. © Radio France - Dimitri Imbert

Une saison blanche en perspective

François Aymonnier, le maraîcher de la commune, enregistre lui une perte sèche "de 30 à 40.000 euros" et se prépare à une saison blanche. "Toute la production de fraises est par terre, les salades sont en confettis, les plans de courgettes sont détruits. On est en altitude, on n'aura pas le temps de resemer."

La production de fraises de François Aymonnier a été totalement détruite par la grêle.
La production de fraises de François Aymonnier a été totalement détruite par la grêle. © Radio France - Dimitri Imbert

La commune essaie de monter un dossier pour obtenir un arrêté de reconnaissance de catastrophe naturelle mais ce n'est pas gagné car selon la préfecture du Doubs, cet arrêté ne couvre pas la grêle, uniquement les inondations. 

Suite à une coulée de boue sur le hameau des Granges Bérard, une 40aine d'habitations soit 180 personnes sont privées d'eau potable jusqu'à nouvel ordre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess