Agriculture – Pêche

Ouverture de la chasse en Champagne-Ardenne : "C'est une nécessité pour notre environnement"

Par Aurélie Jacquand, France Bleu Champagne-Ardenne vendredi 18 septembre 2015 à 10:43

un chasseur dans le massif du pilat
un chasseur dans le massif du pilat © Radio France - Yves Renaud

Ce dimanche 20 septembre marquera l'ouverture de la chasse pour les 43 000 champardennais pratiquants. Dangereux? ringard? Le directeur de la fédération des chasseurs de la Marne répond "non" et affirme que c'est une activité utile pour l'environnement.

43 000 personnes pratiquent la chasse en région Champagne-Ardenne et pour tout ceux-là, la journée de dimanche sera importante puisqu'elle marquera l'ouverture de la chasse, pour cinq mois, jusqu'au 29 février 2016.

Des préjugés tenaces

La chasse est un loisir dangereux ? A cette première critique, Emmanuel Maillart, directeur de la fédération des chasseurs de la Marne, répond d'abord que la chasse n'est pas un loisir mais une nécessité pour l'environnement.

« Nos chasseurs sont formés, éduqués à la régularisation des espèces », explique-t-il, « Ce n'est pas plus dangereux que des activités en montagne par exemple. Les fédérations sont formées et la sécurité fait partie de notre credo ».

La chasse est une activité ringarde ? Souvent entendue, cette critique est encore une fois fausse, selon Emmanuel Maillart. « La chasse est moderne parce qu'elle permet un échange social et culturel, un brassage entre les populations des villes et des campagnes »

Pour preuve, le directeur de la fédération des chasseurs de la Marne explique que les sociétés de chasse sont de plus en plus ouvertes à toutes les populations.  « Certaines offrent même des journées de chasse pour rendre cette activité abordable".

La chasse détruit la nature ? A ce sujet, les chasseurs répondent par un chiffre. Un chasseur marnais consacre en moyenne, de façon bénévole, 87 heures par an à l'aménagement du territoire (débroussaillage, entretien des sentiers, des haies, des jachères, balisages et autres activités de comptage et de veille sanitaire de la faune).

La chasse fait travailler l'économie locale

« Nous avons en France le meilleur réseau d'Europe avec 1 141 000 pratiquants, ça a forcément un impact sur l'économie », explique Emmanuel Maillart. En Alsace/Champagne-Ardenne/Lorraine, l'activité représenterait 25 000 temps plein. La fédération nationale de chasse avance le chiffre d'un emploi non délocalisable pour 70 chasseurs.

Emmanuel Maillart, directeur de la fédération des chasseurs de la Marne