Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Agriculture – Pêche

L'abattoir de Bordeaux Métropole est opérationnel à Bègles, à l'initiative du Groupement des Eleveurs Girondins

mardi 12 mars 2019 à 6:06 Par Ezequiel Fernandez, France Bleu Gironde

Le nouvel abattoir de Bègles est entré en action. Depuis la fermeture en 2011 des abattoirs de Bordeaux, la métropole bordelaise n'abritait plus ce type d'installation.

Abattoir de Bègles
Abattoir de Bègles - Groupement des Eleveurs Girondins

Bègles, France

Après une période de test, le nouvel abattoir de Bègles a commencé à fonctionner, dans la zone d'Hourcade, tout près de la rocade. Depuis la fermeture de l'abattoir de Bordeaux en 2011, la Gironde n'en comptait plus qu'un, celui de Bazas. 

Le Groupement des Eleveurs Girondins a porté ce projet de plus de 4 millions d'euros cofinancé par la région Nouvelle-Aquitaine, Bordeaux Métropole et des fonds européens. Le Groupement rassemble 150 éleveurs dont la devise est " De la fourche à la fourchette" pour symboliser la démarche de circuit court entre le producteur et le consommateur.

L'abattoir de Bègles traitera environ 700 tonnes de viande bovine et ovine par an. Jusqu'à maintenant, les éleveurs devaient transporter leurs bêtes jusqu'à Bergerac pour les faire abattre. 

Sur la chaîne, entre l'éleveur et le consommateur de l'agglomération bordelaise, il manquait un maillon essentiel, estime Claude Dubedat, responsable de la filière ovine au groupement, celui de l'abattage. 

Claude Dubedat

La transparence sur les conditions d'abattage

Ouvrir un abattoir en 2019, c'est aussi  appliquer des normes très strictes, sanitaires bien sûr mais aussi dans le registre du respect des animaux. Un point sur lequel insiste Philippe Nompeix, le directeur général du Groupement des Eleveurs girondins. Autre exigence mise en oeuvre, la transparence sur les conditions d'abattage : le visiteur pourra suivre le processus sur une mezzanine à travers une baie vitrée.

Philippe Nompeix

Le site de Bègles Hourcade abrite également le 5ème point de vente directe du Groupement des Eleveurs girondins.