Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Parc éolien Dieppe-Le Tréport : le navire chargé de sonder les fonds marins à l'arrêt après des violences

Le navire chargé des opérations de sondage des fonds marins dans le cadre du projet de parc éolien en mer au large de la Côte d'Albâtre a été mis à l'arrêt, après des violences menées par des pêcheurs de Dieppe et du Tréport ces mardi et mercredi.

Le projet de parc éolien au large de Dieppe-Le Tréport divise (photo d'illustration)
Le projet de parc éolien au large de Dieppe-Le Tréport divise (photo d'illustration) © Radio France - Anne Patinec

Les opérations de sondage des fonds marins dans le cadre du projet de parc éolien en mer, au large de la Côte d'Albâtre, plus précisément au large du Tréport et de Dieppe, sont à l'arrêt, après des opérations coup de poing menées par des pêcheurs mardi et mercredi. Le navire chargé des opérations, de nationalité néerlandaise, a été encerclé par des bateaux de pêche, alors qu'il opérait près du Tréport, et menacé. Depuis, tout est suspendu.

"Des violences inacceptables"

Le consortium EMDT (Éoliennes en mer Dieppe-Le Tréport), qui gère le projet, parle de vitres brisées à bord, de jets de pierre, de menaces proférées et d'une collision avec un bateau de pêche évitée de justesse. Pour Maud Harribey, responsable des relations locales pour le projet, une limite a été franchie : "On attend d'avoir des conditions de sécurité qui soient suffisantes pour reprendre le travail, on comprend parfaitement que certains expriment leurs craintes et leurs inquiétudes vis-à-vis du projet, néanmoins les actions violentes menées contre ce navire-là et son équipage sont inacceptables !"

Les pêcheurs, eux, reconnaissent seulement des lancers de fumigènes et de fusées de détresse. Contactés, plusieurs de leurs porte-paroles expliquent qu'ils voient dans cette campagne de sondage des fonds marins une provocation, alors qu'ils sont en pleine saison de pêche au rouget barbet et à l'amande de mer. Ils sont bien décidés à remettre ça si le navire bouge à nouveau, prévient Olivier Becquet, vice-président du Comité régional des pêches pour la Normandie : "C'est quand même dommage d'arriver à un niveau où on est à la limite d'une certaine violence pour faire comprendre que cette zone est très sensible et fragile et qu'on ne peut pas y faire n'importe quoi ! Comme ces gens-là nous provoquent, les gens n'ont plus qu'un moyen, c'est d'aller bloquer ce navire !"

Cette campagne de sondage ressemble à une provocation, estime Olivier Becquet

"On n'est pas dans la même cour !"

Olivier Becquet relativise l'importance des violences : "Ce navire [hydrographique chargé de la campagne de sondage] en impose puisque c'est un navire de 60 mètres et que nos navires, eux, mesurent de 10 à 25 mètres donc on n'est pas dans la même cour !"

Contacté, le médiateur mandaté par le gouvernement dans ce dossier assure qu'il a incité les pêcheurs à faire preuve de calme et de prudence. Cela fait plus de dix ans que les pêcheurs de Dieppe et du Tréport se battent contre ce projet de 62 mâts, au large de la côte d’Albâtre.

Le navire chargé des opérations de sondage dans le cadre du projet de parc éolien est à l'arrêt - Écoutez le dossier

Choix de la station

À venir dansDanssecondess