Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Vin du Toulois : des vendanges exceptionnellement en avance

jeudi 9 août 2018 à 15:20 Par David Henry, France Bleu Sud Lorraine

Malgré la canicule, le millésime 2018 devrait être bon. Les vendanges seront même avancées au début du mois de septembre, comme dans le domaine Lelièvre à Lucey, dans le vignoble des Côtes de Toul. Une appellation qui a la cote auprès des visiteurs.

Les premiers raisins seront récoltés début septembre.
Les premiers raisins seront récoltés début septembre. © Radio France - David HENRY

Lucey, France

Sur les hauteurs de Lucey, à quelques kilomètres de Toul, en Meurthe-et-Moselle, les grappes de raisin accrochées aux vignes attendent le jour J. Les fruits sont fermes, encore verts pour certains. Cette année, les vendanges seront bonnes et arriveront plus tôt que d'habitude, début septembre. Soit trois semaines d'avance par rapport à une récolte traditionnelle. 

Les vignes savent réagir au manque d'eau

"On est sur les mêmes bases que 2003 qui était aussi une année caniculaire. Il y a assez de raisin et assez d'eau pour le moment. Même si les plus petites baies ont tendance à s'atrophier, les raisins sont jolis", relève David Lelièvre, vigneron au domaine Lelièvre. La canicule n'aura pas raison du millésime 2018. Et pour cause, les vignes apprécient le soleil et la sécheresse. Il explique : "Les vignes savent réagir au manque d'eau. Elles ont de grandes racines et vont chercher les ressources là où elles sont".  

Une image redorée  

Autre motif de satisfaction : le succès de l'appellation Côtes de Toul observé à la boutique du domaine Lelièvre. Sur place, vacanciers et amoureux du vin repartent avec leurs cartons de bouteilles. Bernard et Béatrice, un couple de l'Anjou, ont changé de direction après avoir vu les coteaux depuis la route. Après la dégustation, ils sont conquis. "Ça change de chez nous. Tous les arômes, secs, fruités se retrouvent dans le même verre", reconnaissent-ils. 

Les Côtes de Toul redorent leur image auprès des visiteurs. Teddy a invité ses amis vosgiens à découvrir ce vin. "Ce n'est plus le gris de Toul d'il y a vingt ans. J'ai demandé à mes parents s'ils voulaient du vin. Ils m'ont dit non car ils ont été malades avec un gris de Toul. Tant qu'ils n'auront pas goûté, ils ne se rendront pas compte du progrès", explique-t-il. 

Un vin au goût de terroir à préserver, selon le grand chancelier de la Confrérie de la Capucine de Toul

Michel est grand chancelier de la Confrérie de la Capucine, qui défend cette appellation. C'est un vin à préserver selon lui. "Il a un goût du terroir exceptionnel. On connaît bien les vins de Bourgogne, de Bordeaux. On ne sait pas que la Lorraine produit un vin de qualité qui a été reconnu", ajoute-t. L'appellation d'origine contrôlée Côtes de Toul vient de fêter ses vingt ans.