Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Pays Basque : le coup de la châtaigne

-
Par , France Bleu Pays Basque

Un collectif de la châtaigne basque vient de se constituer. Pour le moment il concerne cinq communes dans le massif du Baïgura. Une nouvelle filière locale se constitue autour du fruit plurimillénaire.

© Maxppp - Sebastien Jarry

Pays Basque, France

C'est un projet dont les contours se précisent de plus en plus. Samedi dernier à Bidarray, se tenait l'assemblée générale publique du premier collectif de la châtaigne. Un collectif réduit pour le moment aux territoires de cinq communes dans le massif du Baïgura : Bidarray, Helette, Macaye, Mendionde et Louhossoa. 

Une feuille de route à constituer

La réunion de Bidarray marque une étape essentielle dans la constitution de cette filière. Désormais, les communes du collectif vont s'attacher à dresser un état des lieux de l'arbre, lister les producteurs et s'attacher à aider à la création de micro-entreprises (moulins, ateliers de transformation). Il faut donc s'assurer des capacités productives du territoire et l'état sanitaire des arbres. A partir des éléments réunis sera constitué un livre de bord de la filière. Une feuille de route pour assurer l'avancée de cette nouvelle filière.

De gauche à droite : Jean-Michel Anchordoquy (maire de Bidarray), Anne-Marie Nadaud (adjointe au maire de Helette), Alain Dubois (maire de Macaye) et Beñat Itoiz - Radio France
De gauche à droite : Jean-Michel Anchordoquy (maire de Bidarray), Anne-Marie Nadaud (adjointe au maire de Helette), Alain Dubois (maire de Macaye) et Beñat Itoiz © Radio France - Jacques Pons

L'impact écologique de cette nouvelle filière selon Anne-Marie Nadaud, adjointe au maire de Helette

Le moulin de Bidarray - Radio France
Le moulin de Bidarray © Radio France - Xexili Foix

Pas assez de châtaigneraies en France

L'une des chevilles ouvrières du projet, Beñat Itoiz, gestionnaire du moulin Sativa de Bidarray, estime que face à l'explosion de la population à venir, "il manque en France 40 000 hectares de châtaigneraies !" Que pour "contrebalancer la consommation de viande il faudra remplacer la protéine animale par des protéines végétales" Pour Beñat Itoiz "ça c'est la clé !".

Ramassage en octobre 2018 à Mendionde - Radio France
Ramassage en octobre 2018 à Mendionde © Radio France - Xexili Foix
Dans le secteur de Mendionde durant l'automne 2018 - Radio France
Dans le secteur de Mendionde durant l'automne 2018 © Radio France - Xexili Foix

La France, 4ème producteur d'Europe 

Avec plus de 5800 tonnes de châtaignes par an, la France est un petit Poucet, 4ème producteur européen (après l'Espagne, la Grèce et le Portugal). Paradoxe, la France importe 80% de châtaignes chaque année. A elle seule, l'Europe a récolté 104 000 tonnes en 2017. Sur la planète, le champion toute catégorie de la châtaigne c'est la Chine (1 600 000 tonnes). Globalement l'Asie (Chine, Corée et Japon) est le principal producteur sur terre. L’Amérique du sud produit également 79 000 tonnes chaque année. 

La production de châtaignes dans le monde (extrait "livre blanc de la châtaigne 2017") - Aucun(e)
La production de châtaignes dans le monde (extrait "livre blanc de la châtaigne 2017") -
La châtaigne du pays basque - Radio France
La châtaigne du pays basque © Radio France - Xexili Foix

En France, on dénombre plus de 700 espèces de châtaignes (INRA). On la ramasse essentiellement durant l'automne (mi-septembre à novembre). Un fruit dont les français consomment 300 grammes en moyenne chaque année. La châtaigne se mange telle quelle ou sous la forme de farine, en purée ou en soupe. C'est cette transformation qui est une plus-value. 

Ce qu'on peut faire avec la châtaigne (extrait "livre blanc de la châtaigne 2017") - Aucun(e)
Ce qu'on peut faire avec la châtaigne (extrait "livre blanc de la châtaigne 2017") - JL Bellat

La châtaigne rapporte si on la transforme

Le coût de la châtaigne varie selon les régions françaises de 2,95 € à 8,51 €  (châtaigne bio). Sur les marchés chinois le prix atteint 68 centimes mais sans assurance que le fruit a subi ou pas de traitement chimique. Pour les producteurs du Pays Basque, c'est en transformant la châtaigne qu'on peut espérer une plus-value. Un kilo de farine de châtaigne coûte 15 euros. Même prix pour de la semoule. On peut aussi manger des pâtes à base de châtaignes ou des pâtes à tartiner. 

extrait du "livre blanc de la chataigne 2017" - Aucun(e)
extrait du "livre blanc de la chataigne 2017" -
De la pâte à tartiner à base de châtaigne - Radio France
De la pâte à tartiner à base de châtaigne © Radio France - Jacques Pons
Le passage du fruit frais en séchoir - Radio France
Le passage du fruit frais en séchoir © Radio France - Xexili Foix

L'importance du séchoir selon Beñat Itoiz

Le séchoir permet de prolonger la vie du fruit - Radio France
Le séchoir permet de prolonger la vie du fruit © Radio France - Jacques Pons

La châtaigne basque est d'origine japonaise

Au Pays Basque, l'essentiel du patrimoine châtaigner est issu de graines de Castanea Crenata apportées du Japon par des moines basques. Dans le reste de la France, l'espèce dominante est la Castanea sativa. Particularité de la châtaigne basque, elle est bien plus grosse que ses cousines. Certains fruits peuvent peser jusqu'à 40 grammes ! 

Beñat Itoiz donne l'exemple d'une cribleuse achetée dans les Cévennes, l'une des grosses région productrices. "Avec les châtaignes de là-bas on comptait en moyenne 60 fruits par kilos. Avec ceux du pays Basque on est à peine à 35 !". "Mais" insiste Beñat Itoiz "ce n'est pas le volume qui compte c'est la spécificité locale". Il faut, dit-il, restaurer les châtaigneraies. Anne-Marie Nadaud, adjointe au maire de Helette, rêve de construire içi un laboratoire. 

Les cribleuses - Corbis
Les cribleuses © Corbis - Xexili Foix

Car de la châtaigne on peut tirer de la nourriture. On peut aussi valoriser le bois de châtaigner (pour des clôtures, de la vannerie, fabriquer des chisteras, des cerclages en tonnellerie, des instruments de musique ou du paillage de plantes). Les perspectives sont riches. Encore faut-il succomber au coup de la châtaigne !

La châtaigne Basque - Radio France
La châtaigne Basque © Radio France - Xexili Foix
Farine de châtaigne au moulin de Bidarray - Radio France
Farine de châtaigne au moulin de Bidarray © Radio France - Jacques Pons
Des produits à base de châtaignes - Radio France
Des produits à base de châtaignes © Radio France - Jacques Pons
Le moulin "Sativa" de Bidarray - Radio France
Le moulin "Sativa" de Bidarray © Radio France - Jacques Pons
Une fois meulée, la châtaigne est tamisée - Radio France
Une fois meulée, la châtaigne est tamisée © Radio France - Jacques Pons