Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pays de la Loire : la filière pêche s’organise pour l’après Covid-19

-
Par , France Bleu Loire Océan

« Loire Océan filière pêche » : c’est le nom de l’association interprofessionnelle qui est en train de se créer en région Pays de la Loire. Ses responsables se retrouvent ce vendredi à Noirmoutier pour fixer les statuts, et aussi parler de l’après Covbid-19.

Le port de pêche de Saint-Gilles-Croix-de-Vie
Le port de pêche de Saint-Gilles-Croix-de-Vie © Radio France - Philippe Rey-Gorez

Sept millions d'euros de pertes : c'est la facture de la crise sanitaire pour la filière pêche des Pays de la Loire. Ce chiffre émane de l'association interprofessionnelle régionale qui est en train de se créer. Elle se  réunit ce vendredi à Noirmoutier, justement pour faire le bilan et envisager l'avenir.  Comme son nom l'indique, « Loire Ocean filière pêche » représente tous les acteurs, depuis les pêcheurs jusqu’à la distribution, en passant par les mareyeurs, ou encore les transporteurs.  

Comme  bien d'autres, le secteur a été durement touché par la crise sanitaire, et notamment la production. Pour la  pêche, les pertes sont évaluées à près de cinq millions d’euros. En Loire Atlantique et en Vendée, la pêche représente 370 bateaux, et 1200 marins. Beaucoup de ces entreprises, qui sont essentiellement artisanales, sont aujourd'hui en grande difficulté, dit le Vendéen José Jouneau, président du Comité régional des pêches : «  on est à peu près à moins 25% de chiffre d’affaire par rapport à 1019. Ca veut dire 25% en moins pour les salaires et les comptes des entreprises. Pour les entreprises en bonne santé, ça entraîne déjà des dégâts, pour les plus fragiles, c’est catastrophique. Et le Brexit ne va rien arranger ». 

Seule la grande distribution fonctionnait encore correctement pendant le confinement. Mais plus de restaurant, plus de marché, et surtout plus d'exportation alors que c'est à 60% le premier débouché. Peser d'avantage sur l'organisation du marché, c'est précisément un des buts de l'association Loire Ocean filière pêche.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess