Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Pêche à la coquille Saint-Jacques : Français et Anglais proches d'un accord

jeudi 6 septembre 2018 à 6:15 Par Francis Gaugain, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

Au terme de plusieurs heures de discussions ce mercredi à Londres, les pêcheurs français et anglais ont trouvé un terrain d'entente dans le conflit qui les oppose sur la pêche à la coquille Saint-Jacques au large de la baie de Seine.

Des incidents avaient eu lieu au large le 28 août entre pêcheurs normands et anglais
Des incidents avaient eu lieu au large le 28 août entre pêcheurs normands et anglais - (capture d'écran France3)

Caen, France

Les pêcheurs français et britanniques ont trouvé ce mercredi à Londres  un terrain d'entente sur la pêche de la coquille Saint-Jacques dans la baie de Seine.  De nouvelles discussions à Paris vendredi seront toutefois nécessaires pour finaliser cet  accord. 

"On a renouvelé l'accord de 2017  concernant les bateaux de plus de quinze mètres, et nous avons un accord de principe pour les moins de 15 mètres"  a déclaré à l'issue de la réunion Gérard Romiti  le président du comité national français des pêches.

Une nouvelle réunion vendredi à Paris

Ceci  en échange de compensations qui restent à définir  pour les pêcheurs britanniques  a ajouté  Gérard Romiti.   Il a précisé que cet accord devait être finalisé vendredi  à Paris.  Des propos confirmés par les gouvernements français et britannique dans un communiqué commun.  Selon le ministère français des pêches, on ne pourra toutefois parler d'accord définitif qu'à l'issue de la réunion de ce vendredi. L'ensemble de l'accord pourrait en effet tomber si les objectifs pratiques n'étaient pas validés pour les navires  de moins de 15 mètres.   Le ministre français de l'Agriculture Stéphane Travert a pour sa part indiqué dans un communiqué que : 

"l'obtention d'un tel accord est nécessaire pour préserver une gestion durable de la ressource de coquilles Saint-Jacques qui est le fruit de l'investissement des professionnels français depuis de nombreuses années".    

Une bataille au long cours

Pêcheurs français et britanniques se disputent une zone de pêche en baie de Seine. Des altercations ont éclaté en mer le 28 août dernier quand une trentaine de navires français ont essayé d'empêcher cinq navires britanniques de pêcher la coquille dans les eaux territoriales. Il y a eu des  jets de pierre et des échanges d'insultes. Un nouvel épisode d'une guerre au long cours.  Les pêcheurs normands n'ont le droit de pêcher la Saint-Jacques que du 1er octobre au 15 mai pour tenter de préserver la ressource et ils demandaient mercredi aux Britanniques, dont la pêche n'est pas réglementée dans le temps, de respecter le même calendrier au large des côtes françaises pour tous les navires, quelle que soit leur taille. 

Pour le Dieppois Pascal Coquet, président de la commission coquillages du comité régional des pêches de Normandie :   _" l'accord de principe trouvé mercredi vaut pour la saison de pêche de 2018-2019"  _alors  que Jim Portus, représentant de l'industrie britannique de la coquille Saint-Jacques durant les négociations, a affirmé à la presse qu'il ne valait que pour 2018. 

Eviter la zone

Jusqu'à la signature de l'accord vendredi, nous demandons aux petits bateaux britanniques d'éviter la zone", a poursuivi M. Portus devant la presse.

Un projet d'accord fragile

Les anglais ont cependant prévenu  que l'accord trouvé ce mercredi  à Londres  serait  "rejeté" si les compensations étaient jugées insuffisantes.