Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Pêche en Normandie : "Les problèmes sont complexes, il y a la nécessité d'échanger"

mardi 6 novembre 2018 à 8:46 Par Anthony Raimbault, France Bleu Cotentin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Les différents acteurs de la pêche normande pourraient d'ici 2021 être regroupés au sein d'un pôle régional unique basé à Gouville-sur-Mer (Manche). Olivier Richard, directeur du syndicat mixte synergie mer et littoral (SMEL) explique sur France Bleu l’intérêt de ce projet.

Les acteurs de la pêche en Normandie veulent s'unir
Les acteurs de la pêche en Normandie veulent s'unir © Radio France - Olivier Duc

Normandie, France

Quel est l'avenir de la pêche en Normandie ? Les acteurs régionaux du secteur pourraient se regrouper au sein d'un pôle régional unique basé à Gouville-sur-Mer dans la Manche. Le directeur du syndicat mixte synergie mer et littoral (SMEL) était l'invité de France Bleu ce mardi 6 novembre 2018. 

Le SMEL, installé à Blainville-sur-Mer accompagne et soutient les professionnels de la mer depuis 1981 et étudie aussi avec des scientifiques la ressource marine. La création d’un pôle régional, ça changerait quoi ? 

C’est un peu un changement de mentalité. Jusqu’à une époque récente, chacun était dans sa case avec ses compétences et sa façon de voir les choses. Là, l’idée c’est de regrouper sur un même site,  une partie des acteurs des filières de la pêche et des cultures marines pour se rencontrer, discuter au quotidien et trouver des solutions en cas de problème. 

Entre comités des pêches, vous et les autres acteurs à Caen, au Havre ou dans la Manche, on ne se parlait pas ? 

Si bien sûr, on n’a pas découvert l’eau chaude. Le comité régional des pêches comme celui de la conchyliculture y réfléchissent depuis très longtemps. Simplement, les problèmes se sont complexifiés. Il y a nécessité aujourd’hui de discuter et d’échanger nos points de et conforter les prises de décisions par les gestionnaires du domaine public maritime. 

Vous ne pouvez plus avoir d’action dans le domaine économique sans prendre en compte la dimension sociale ou écologique

La coopération est nécessaire pour quels domaines par exemple ? 

Il y a quinze ou vingt ans, on était soit dans le champ d’économie, soit dans le champ de l’environnement, soit dans le champ de la sociologie etc. Aujourd’hui, tous ces champs se regroupent. Vous ne pouvez plus avoir d’action dans le domaine économique sans prendre en compte la dimension sociale ou écologique. Les dossiers sont beaucoup plus complexes qu’avant. Il y a la nécessité d’avoir une complémentarité en ce qui concerne les compétences. 

On a une carte à jouer qui est très importante

Qu’est-ce que la pêche normande a à y gagner avec cette coopération régionale ? 

Il y a un lien direct entre la qualité des produits que vous mettez sur le marché et la façon dont ils ont été pêchés. Si vous avez une organisation qui permet le maintien de la qualité du milieu et des méthodes de pêche, vous avez à la fin un produit de meilleure qualité. C’est le cas actuellement en Normandie, mais il faudra le conforter. 

L’Europe décide de beaucoup de choses sur ces sujets. Avec ce pôle régional, serez-vous en mesure d’être un lobby qui pourra influencer les décisions de Bruxelles en faveur de la pêche normande ? 

Non, l’Union Européenne est une très grosse machine. Néanmoins, on a une carte à jouer qui est très importante : celle de gérer les espèces dites régionales, c’est-à-dire celles qui ne sont pas gérées par l’UE. Cela, nous pouvons le faire. Et ça renvoie une image très positive de la région à l’extérieure, vis-à-vis de l’Etat français et de l’Union Européenne.