Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Pêcheurs français et anglais à la recherche d'un accord à Londres sur la coquille Saint-Jacques

mercredi 5 septembre 2018 à 6:59 Par Francis Gaugain, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

Les pêcheurs français et anglais ont rendez-vous à Londres ce mercredi pour tenter de trouver un accord sur les zones de pêche à la coquille Saint-Jacques. Le 28 août dernier des incidents avaient eu lieu au large entre 35 chalutiers normands et leurs homologues britanniques.

Le 28 août dernier pêcheurs anglais et français se sont livrés à une véritable "bataille navale" au large des côtes normandes (capture d'écran)
Le 28 août dernier pêcheurs anglais et français se sont livrés à une véritable "bataille navale" au large des côtes normandes (capture d'écran) - - France 3 Normandie -

Caen, France

Nouvel épisode ce mercredi  dans la "guerre" de la coquille Saint-Jacques que se livrent pêcheurs anglais et normands depuis le 28 août dernier. Ce jour-là,  les pêcheurs des deux pays ont échangé  des  insultes au large de la baie de Seine. Il y a eu  aussi des jets de pierre et des manoeuvres dangereuses engendrant  une collision entre deux navires. 

Bataille navale

Une véritable "bataille navale" ayant pour origine la pêche à la coquille dans cette zone où les marins-pêcheurs français s'interdisent d'aller avant le mois d'octobre pour "préserver la ressource". Une règle qui ne s'applique pas aux anglais. Du coup,  ils  ne se privent pas pour traverser la Manche et  venir non loin des côtes françaises ramasser le précieux coquillage. Dans ce climat très tendu,  la Marine française est "prête à intervenir" pour éviter des "heurts" , a déclaré ce mardi le ministre de l'Agriculture et de la pêche Stéphane Travert.

Il va falloir trouver un accord  pour parvenir à une gestion durable et efficace de la ressource en coquilles Saint-Jacques" a estimé M. Travert

Un accord compliqué à trouver

Une réunion est prévue ce mercredi à Londres à 14 heures ( heure locale). Les pêcheurs des deux pays et les industriels se retrouveront pour tenter de trouver un accord. Et ce ne sera pas simple. Franck Esnault, le patron de "la Petite Brise" à Trouville-sur-mer,  ne décolère pas :  

Ils viennent (les anglais)  tout râcler sous notre nez !  Si on laisse faire, en octobre, il n'y aura plus de coquilles. Trouver un accord c'est pas compliqué mais si les britanniques n'en veulent pas c'est qu'ils veulent venir détruire la zone française "

Franck Esnault, patron de " la Petite brise" un chalutier coquillard de Trouville-sur-mer (14)

Pour Dimitri Rogoff, le président du comité régional des pêches de Normandie, qui participera à cette réunion à Londres :  "il faut trouver un accord mais on sait qu'un qu'un accord avec une vraie gestion des ressources,  on y arrivera pas aujourd'hui (...)" a-t-il déclaré sur France Bleu Normandie. Ce sera , quoi qu'il arrive, un accord "à minima" ...

C'est le moment de calmer le jeu mais Il y a beaucoup  de postures avec en toile de fond  le Brexit (...) poursuit Dimitri Rogoff. On va proposer aux anglais d'aller, d'ici au 1er octobre,  pêcher plus loin et comme ça on sera bons amis "

Dimitri Rogoff , président du comité régional des pêches de Normandie

A noter que, sur  le plan légal, la pêche par les Britanniques de la coquille Saint-Jacques, hors des saisons de pêche dans les eaux où ont eu lieu les incidents, n'est pas illégale puisque ce sont les Français qui ont déterminé un calendrier pour pouvoir mieux gérer la ressource.