Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Pénurie de beurre : les éleveurs du Poitou s'en prennent aux grandes surfaces

vendredi 27 octobre 2017 à 17:14 - Mis à jour le vendredi 27 octobre 2017 à 20:38 Par Baudouin Calenge, France Bleu Poitou et France Bleu

Opération symbolique ce vendredi dans un supermarché de Poitiers. Quelques éleveurs ont affiché sur les vitres réfrigérées du rayon beurre leur version de la "pénurie" qui touche la France.

Les producteurs laitiers s'attaquent aux GMS à Poitiers
Les producteurs laitiers s'attaquent aux GMS à Poitiers © Radio France - baudouin calenge

Poitiers, France

Le vide sidéral de certains rayons beurre n'a rien à voir avec une prétendue baisse de la production laitière en France. La FNSEA et les JA de la Vienne affirment que les grandes surfaces refusent d'acheter le beurre au prix fort (celui ci a presque triplé en 8 mois). Les GMS se sont en effet mises d'accord en début d'année avec les transformateurs sur un prix moyen du beurre et aujourd'hui, elles refuseraient selon les syndicats de réactualiser ce prix.

Pot de lait contre pot de fer

Conséquence, les transformateurs préfèrent vendre au plus offrant explique le responsable lait de la FNSEA Philippe Renaudet. Comme à l'exportation ou aux pâtisseries industrielles. D'où la pénurie dans certains rayons. Une hausse du prix du beurre qui ne profite de surcroit pas aux éleveurs. "en moyenne annuelle, notre lait devrait à peine nous rapporter les 320 euros la tonne de lait contre 330 promis. A ce prix là, on ne vit pas" souligne Philippe Renaudet.