Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Pesticides : les étiquettes vertes ne font pas le vin bio alerte une association de Haute Gironde

mercredi 10 avril 2019 à 18:49 Par Marie Rouarch, France Bleu Gironde

L'association Alerte pesticides Haute Gironde a fait analyser un vin des Vignerons de Tutiac, la plus grosse cave coopérative du département. Bilan : selon l'association, il est beaucoup moins respectueux de l'homme et de la nature que ses étiquettes vertes ne pourraient le laisser penser.

L'association Alerte pesticides Haute Gironde a révélé les résultats des analyses ce mercredi
L'association Alerte pesticides Haute Gironde a révélé les résultats des analyses ce mercredi - Alerte pesticides Haute Gironde

Blaye, France

"Des actes, pas de la comm' !" C'est le mot d'ordre du rendez-vous fixé ce mercredi 10 avril par l'association Alerte pesticides Haute Gironde. Elle a fait analyser un vin des Vignerons de Tutiac, la plus grosse cave coopérative de Gironde. Et selon elle, le résultat prouve que malgré les différentes étiquettes vertes placées sur la bouteille, ce vin n'est pas très respectueux de l'homme et de la nature.

L'analyse, réalisée par un laboratoire indépendant précise Alerte pesticides Haute Gironde (APHG), met notamment au jour dans la bouteille de la cuvée Unique 2017, des résidus de folpel, un anti-fongique soupçonné d'être cancérogène, à hauteur de 155 microgrammes par litre. "À titre de comparaison, c'est 1 500 fois la dose autorisée dans l'eau potable", commente Sylvie Nony, d'APHG. L'analyse montre aussi des traces de deux néonicotinoïdes, des insecticides. 

Résultats de l'analyse réalisée à la demande de l'association Alerte pesticides Haute Gironde - Aucun(e)
Résultats de l'analyse réalisée à la demande de l'association Alerte pesticides Haute Gironde

Rien d'illégal dans ce vin

Ces trouvailles ne posent à aucun moment un problème de légalité pour ce vin. Ce que les membres de l'association lui reprochent finalement, ce sont ces labels qu'ils jugent "trompeurs" affichés sur la bouteille : de petites étiquettes vertes qui mentionnent "vegan", "no SO2 ajouté" ou "OGM free". "Elles essayent de rassurer le consommateur mais ce n'est que de la communication !" s'indigne Sylvie Nony. "Ne vous fiez pas à ces étiquettes vertes, insiste-t-elle, seuls les labels 'Agriculture biologique' ou 'Demeter' par exemple, garantissent le bio ou la biodynamie, exigez que le vin que vous buvez soit garanti sans pesticides !"

"Les professionnels ont bien compris que les consommateurs et les riverains s'inquiètent" de l'impact des pesticides, poursuit Sylvie Nony. Avec ces étiquettes vertes, "cette bouteille cherche à appâter le client qui lui veut acheter du vin respectueux de la santé de l'homme et de l'environnement, ça crée la confusion !" regrette à son tour Valérie Murat, de l'association Alerte aux Toxiques.

Les associations réclament donc de véritables actions contre les pesticides dans le vignoble bordelais, plutôt que ce qu'ils appellent "de la comm'" à l'intention des consommateurs.

On ne nous reproche rien si ce n'est de respecter la réglementation - Stéphane Héraud, président des Vignerons de Tutiac

Évidemment le sujet ne manque pas de faire réagir le président des Vignerons de Tutiac, Stéphane Hérault : "les analyses montrent que _ce vin est conforme à toutes les normes_. On a dit que c'était un vin vegan, ce qui est le cas et un vin sans soufre ce qui est le cas aussi donc l'association fait un effet de comm' qui n'a pas du tout lieu d'être sur ce sujet là ! Ils nous disent 'vous aviez le droit de le faire mais on va vous accuser de l'avoir fait quand même', c'est incroyable !"

Quant à la question de la diminution du recours aux pesticides de synthèse, "c'est bien sûr un sujet dans toute la viticulture française et la viticulture bordelaise en particulier", commente Stéphane Héraud. Et les Vignerons de Tutiac s'engagent puisque la coopérative exige de ses 400 adhérents, en 2019, qu'ils n'utilisent plus de produits CMR, cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques, alors qu'ils sont autorisés par le ministère de l'Agriculture. "Pour aller plus vite et plus loin que ce que demande le consommateur", conclut le patron de la coopérative.