Agriculture – Pêche

Petites vendanges dans la côte de Beaune

Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne dimanche 25 septembre 2016 à 18:19

Cette année, les grappes sont rares
Cette année, les grappes sont rares © Radio France - Jacky Page

C'est parti pour les vendanges en Côte-d'Or. C’est le cas dans les dix hectares du domaine Besancenot à Beaune, où depuis le 21 septembre on s'active pour récolter ce que le gel de printemps a bien voulu épargner. Soit 20% seulement d'une récolte normale.

Dans ce domaine, seules les jeunes vignes sont récoltées à la main. Pour le reste, depuis 1998, c'est à la machine qu'on procède. La machine offre plus de liberté dans la gestion de récolte. « Surtout des années telles que celles-ci » explique Thérèse Besancenot : « Il fallait aller tout de suite dans certaines parcelles parce que c’était très mûr, alors qu’ailleurs il fallait attendre une semaine de plus ». Et puis administrativement, il devient difficile d’être aux normes pour héberger et nourrir des vendangeurs. Sans oublier que les volontaires pour ce type de travail éreintant ne sont plus légion.

« Le raisin est sucré, ça va être une bonne année »

Pourtant, dans une parcelle, on a pu voir ce dimanche s’activer une petite troupe d’une vingtaine de vendangeurs. Il s’agissait de clients, conviés à une journée de découverte du domaine. Avant de visiter la cuverie, ils ont pu récolter quatre rangs de vigne spécialement réservés. Après quelques consignes, notamment sur la sécurité (jamais deux personnes sur un même pied de vigne, c’est comme ça qu’on peut prendre un coup de sécateur dans les doigts) les vendangeurs amateurs progressent dans les rangs.

Un couple écarte le feuillage à la recherche des grumes mûres. Mais cette année, elles sont rares. La faute au gel de printemps qui a détruit 80% de la récolte espérée. La femme goûte un grain et s’extasie : « il est très sucré ! Je pense que ça va être une bonne année ! ». La viticultrice confirme : « on a eu une très belle arrière-saison qui a fait du bien, et de la pluie juste avant de vendanger, c’était parfait . On n’a pas beaucoup de vin mais ça va être une très belle qualité. C’est bien concentré, c’est fruité et surtout on va avoir de beaux degrés, ça a bien mûri. »

Néanmoins, ce domaine subit sa quatrième année consécutive de faible récolte. Gel, humidité, grêle, les aléas climatiques se succèdent, et il devient difficile de faire face aux charges d’exploitation.