Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

PHOTOS - Dans le Royans, une grande partie de la récolte de noix est perdue

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Isère

Après l’épisode de grêle de samedi soir dans le Vercors drômois, les nuciculteurs constatent d’importants dégâts dans leurs parcelles.

Les nuciculteurs constatent d’importants dégâts dans leur parcelle.
Les nuciculteurs constatent d’importants dégâts dans leur parcelle. © Radio France - Victor Vasseur

Saint-Laurent-en-Royans, France

Des noix encore vertes, éventrées par la grêle, des branches d'arbres et des feuilles recouvrent le sol de la parcelle Lionel Berthuin, à Saint Jean en Royans : "On a tout perdu. On estime à 80% des noix par terre. Et ce qu’il reste est bien grêlé. On a l’impression que l’on a secoué les noyers.

Le patron de Vercornoix a 42 hectares de noyers sur 5 communes. Toutes ses parcelles sont touchées : "C’est une saison catastrophique. A cause de la grêle, il y aura peu de produits à la vente cette année." Il ne devrait rester que 10% de la production de Lionel.

Lionel Berthuin, le gérant de Vercornoix à Saint-Laurent-en-Royans. - Radio France
Lionel Berthuin, le gérant de Vercornoix à Saint-Laurent-en-Royans. © Radio France - Victor Vasseur
Les nuciculteurs constatent d’importants dégâts dans leur parcelle. - Radio France
Les nuciculteurs constatent d’importants dégâts dans leur parcelle. © Radio France - Victor Vasseur

Un classement en catastrophe naturelle ?

Le 15 juin dernier, l’orage de grêle qui s’est abattu sur l’Isère et la Drôme a tué 27 000 noyers. De mémoire d'ancien, cet épisode de grêle, c'est du jamais vu depuis 1982. 

A Saint-Laurent-en-Royans, Jean Cottin dénombre 150 arbres couchés et arrachés du sol. "Ce qui a été le plus touché, ce sont les arbres les plus beaux, les arbres en production" précise de nuciculteur. "C’est tout par terre. En plus, les arbres étaient très sensibles au vent. Ils étaient très chargés en fruit."

Les nuciculteurs constatent d’importants dégâts dans leur parcelle. - Radio France
Les nuciculteurs constatent d’importants dégâts dans leur parcelle. © Radio France - Victor Vasseur

A  plus de deux mois de la récolte des noix, c’était le pire moment. Thomas, producteur à Saint-Thomas, essaie de positiver : "L’année prochaine, j’aurai des noix. Un noyer, c’est 15 ans d'attente pour produire. J’ai un peu de chance car je n’ai rien d’arraché." Ces producteurs de noix espèrent que l'état de catastrophe naturelle sera accordé après ces violentes chutes de grêle samedi soir.

Les nuciculteurs constatent d’importants dégâts dans leur parcelle. - Radio France
Les nuciculteurs constatent d’importants dégâts dans leur parcelle. © Radio France - Victor Vasseur