Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

PHOTOS - Début des vendanges dans le Bordelais : le millésime s'annonce prometteur

jeudi 30 août 2018 à 18:01 Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde et France Bleu

La récolte des raisins blancs a débuté cette semaine dans le vignoble bordelais. Et la qualité comme la quantité semblent au rendez-vous, après une année 2017 difficile. Au Château Chantegrive, à Podensac, 35 vendangeurs sont à l'ouvrage pour trois semaines.

Dans les rangs de vignes du Château Chantegrive, à Podensac
Dans les rangs de vignes du Château Chantegrive, à Podensac © Radio France - Pierre-Marie Gros

Podensac, France

Au Château Chantegrive, à Podensac, propriété de 94 hectares au coeur de l'appellation des Graves, la vendange des blancs a débuté ce  lundi. Trente-cinq vendangeurs sont à l'ouvrage pour récolter les cépages de Sauvignon Gris, les cépages plus précoces.

Sept heures de travail par jour pour les vendangeurs de Château Chantegrive  - Radio France
Sept heures de travail par jour pour les vendangeurs de Château Chantegrive © Radio France - Pierre-Marie Gros
Sécateur en main, une des jeunes vendangeuses à l'ouvrage - Radio France
Sécateur en main, une des jeunes vendangeuses à l'ouvrage © Radio France - Pierre-Marie Gros

L'équipe travaille de 8h à midi tous les jours, puis de 13h à 16h. Laurent Dubreuil est tractoriste sur la propriété, et il est l'un des 23 salariés permanents. Il fait partie de ceux qui encadrent l'équipe. "Il y a pas mal d'habitués, mais aussi des jeunes qui vendangent pour la première fois. Il faut leur montrer le raisin qu'il faut ramasser, et celui qu'il faut jeter, voir s'ils n'ont pas oublié quelques grappes dans les rangs". 

Une belle grappe à ne pas oublier  - Radio France
Une belle grappe à ne pas oublier © Radio France - Pierre-Marie Gros

Parmi les nouveaux : Nicolas, 17 ans. Il vient d'avoir son CAP de motoculture et il est là parce que pour l'instant, il n'a pas de travail. "Je veux gagner des sous pour réparer ma motocross." Pour Andréane, c'est une première aussi, et elle aussi veut se faire un peu d'argent de poche avant de retourner au lycée dès la semaine prochaine à Bordeaux pour passer un bac Pro. "Je savais que c'était dur, mais là... Surtout, ça fait mal aux dos et mal aux jambes !" 

Les porteurs en action  - Radio France
Les porteurs en action © Radio France - Pierre-Marie Gros

Et puis il y a les habitués, comme cette aide à domicile du Lot et Garonne, qui chaque année, vient faire les vendanges. Ou Jean-Claude, 76 ans, qui est là "pour s'occuper". "J'ai une retraite suffisante pour vivre, je n'ai pas besoin de ça financièrement, mais ça permet de me maintenir en forme. L'an dernier, j'ai fait quatre châteaux." 

Les vendangeurs sur l'une des parcelles de Château Chantegrive, à Podensac  - Radio France
Les vendangeurs sur l'une des parcelles de Château Chantegrive, à Podensac © Radio France - Pierre-Marie Gros

Quant à Serge, chef d'entreprise à la retraite, il est là "pour le plaisir". Il vient tous les jours exprès de Salles, soit 100 km aller-retour. "Je suis originaire de Langon, j'ai fait les vendanges quand j'avais 15 ans, et j'avais envie depuis pas mal de temps de ressentir l'odeur de la vigne et de revivre cette ambiance". "Physiquement, j'avais un petit peu peur quand on m'a dit que je serai porteur, car j'ai deux prothèses de hanche ; j'espère que je vais tenir le coup !"

"Il y a de la jolie récolte" Avec les vendangeurs de Château Chantegrive

Hélène Lévêque est propriétaire avec sa famille de Château Chantegrive, et ces vendanges expliquent qu'elles n'ont rien à voir avec celles de l'an dernier. "En 2017, 80% du vignoble avaient été gelés, et fin août, on a subi un orage de grêle qui a quasiment anéanti tout ce qui restait. Mais cette année, c'est du beau temps, des beaux raisins, vraiment des conditions idéales." "L'humidité du printemps a permis à nos vignes d'avoir des réserves d'eau pour supporter les fortes chaleurs de juillet et août, un peu d'humidité ces dernières semaines pour relancer la végétation".

Les conditions sont idéales, contrairement à l'an dernier. — Hélène Lévêque, propriétaire de Château Chantegrive 

Le tri du raisin au chais  - Radio France
Le tri du raisin au chais © Radio France - Pierre-Marie Gros

"Pour les bancs on est très content, ajoute Hélène Lévêque. On a de très beaux arômes, les raisins se sont bien affinés depuis 15 jours. On aura la qualité, c'est sûr, mais aussi la quantité, puisque les rendements sont bons." 

Aude Dupuis, maître de chai, tire le premier jus  - Radio France
Aude Dupuis, maître de chai, tire le premier jus © Radio France - Pierre-Marie Gros

"Pour les Blancs, on aura la qualité, et la quantité" Hélène Lévêque, propriétaire de Château Chantegrive, à Podensac

L'équipe de vendangeurs va rester à pied d'oeuvre pendant trois semaines, puis les vendanges de rouge se feront à la machine dans ce château.