Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

PHOTOS - Première journée de chasse de la saison à Sorges, en Dordogne

lundi 10 septembre 2018 à 6:05 Par Emeline Ferry, France Bleu Périgord

Ce dimanche 9 septembre, c'était l'ouverture générale de la chasse. En Dordogne, ils sont près de 20.000 à parcourir les bois tous les dimanches pour tenter de tirer sur des sangliers.

17 chasseurs ont participé à la première battue de sangliers de la saison à Sorges.
17 chasseurs ont participé à la première battue de sangliers de la saison à Sorges. © Radio France - Emeline Ferry

Sorges, France

Ils attendaient ce jour depuis plusieurs mois. Hier, dimanche 9 septembre, l'heure de l'ouverture générale de la chasse a sonné. Dans le département, près de 20.000 chasseurs parcourent les bois tous les dimanches. 

À Sorges, la société amicale de chasse a profité de la journée pour tenter d'attraper des sangliers. Dès 8 heures du matin, les 17 chasseurs étaient réunis autour d'un casse-croûte avant d'attaquer la journée dans les bois. 

Quelques mots du chef de battue avant le départ, pour une sortie en toute sécurité. - Radio France
Quelques mots du chef de battue avant le départ, pour une sortie en toute sécurité. © Radio France - Emeline Ferry

Chacun a un rôle bien défini. Jean-Marie Combaud est chef de battue ce dimanche. Ce restaurateur charentais, qui pratique la chasse depuis l'âge de 15 ans, fait le déplacement tous les dimanches pendant la saison. 

Un coup de corne de brume, c'est un renard. Deux coups, c'est un chevreuil. Trois coups, c'est un sanglier, et cinq coups, c'est un cerf

C'est lui qui rappelle les consignes de sécurité, il place les chasseurs aux endroits stratégiques. D'abord, une équipe qui part avec les chiens sur les traces des sangliers. Ils doivent repérer l'animal et l'encercler. Le reste du groupe, les postés, quadrillent la zone de 750 hectares. Leur rôle est d'attendre et de tendre l'oreille. 

Les chiens ont repéré un sanglier et se mettent à lui courir après. - Radio France
Les chiens ont repéré un sanglier et se mettent à lui courir après. © Radio France - Emeline Ferry

"Un coup de corne de brume, c'est un renard. Deux coups, c'est un chevreuil. Trois coups, c'est un sanglier, et cinq coups, c'est un cerf. Là, je crois bien avoir entendu trois coups", sourit Jean-Marie Combaud.

L'adrénaline monte

Il passe alors quelques coups de fil aux autres chasseurs pour savoir s'ils ont vu la bête. On lui signale qu'un chien l'a mordu, mais que le sanglier s'est enfui. Une heure plus tard, après quelques fausses joies, un coup de fusil retentit. "J'entends encore les chiens, je pense qu'il l'a loupé", regrette le chef de battue. 

Les chasseurs postés passent beaucoup de temps à attendre en tendant l'oreille pour repérer où sont les chiens. S'ils voient passer le sanglier, ils peuvent tirer. - Radio France
Les chasseurs postés passent beaucoup de temps à attendre en tendant l'oreille pour repérer où sont les chiens. S'ils voient passer le sanglier, ils peuvent tirer. © Radio France - Emeline Ferry

Finalement, il faudra attendre la fin de la journée pour que le groupe de chasseurs réussisse à tuer le sanglier. Vient alors le moment de la récompense tant attendue : la découpe du gibier et le partage des morceaux entre tous les participants à la battue.