Agriculture – Pêche

Dans la Marne, les céréaliers voient rouge en attendant les aides du gouvernement

Par Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne mardi 4 octobre 2016 à 19:34

Moins de rendements, moins de qualité, et les agriculteurs ne reçoivent pas de bons prix.
Moins de rendements, moins de qualité, et les agriculteurs ne reçoivent pas de bons prix. © Radio France - Sophie Constanzer

Avec des rendements de blé en baisse de 50 % dans la Marne, les agriculteurs ont des difficultés de trésorerie. Et pas sûr que le plan d'aide annoncé par le gouvernement ce mardi suffira, car les céréaliers n'obtiennent que de maigres prix pour leurs récoltes cette année.

L'année est bel et bien catastrophique pour les céréaliers de Champagne-Ardenne, car il n'y a pas une culture pour sauver l'autre en 2016. La baisse des rendements de blé est de 50% dans la Marne par rapport à l'an dernier et de moins 30% pour le colza et l'orge de printemps, selon les chiffres de la Chambre d'agriculture de la Marne. Seuls les rendements des betteraves devraient rester stables. L'Etat a annoncé ce mardi un plan d'aide pour les agriculteurs, et notamment la garantie de la moitié des emprunts des agriculteurs en difficultés afin de leur permettre d'emprunter auprès des banques. Ce qui devrait les aider... à court terme.

Chute des rendements, moins bonne qualité et mauvais prix de vente

En attendant, le vrai problème c'est de vendre sa maigre récolte. Béatrice Moreau et son mari cultivent 220 hectares à Anthenay au sud ouest de Reims. Ils ont rentré six tonnes de blé cet été et pour le moment sa coopérative lui propose 105 euros la tonne. "Entre être payé il y a deux ans à 160 euros la tonne, et être payé cette année 105 euros la tonne, il y a une marche...", souligne Béatrice Moreau qui est aussi secrétaire générale de la FDSEA Marne. Pour Béatrice Moreau et pour bien d'autres exploitants, il faudrait un prix de 200 euros la tonne de blé pour couvrir les coûts de production, en forte hausse avec les intempéries du printemps.

Baisse de revenus : 200 euros par hectare en moyenne dans la Marne

Forcément les revenus des agriculteurs vont se réduire comme peau de chagrin. "Déjà l'année dernière on était à zéro, voire dans le négatif au niveau des comptes, donc en fait on enquille une deuxième année négative...", explique Béatrice Moreau. La solution c'est donc d'aller voir la banque. On estime les pertes à 200 euros par hectare dans la Marne pour les céréaliers, et dans les secteurs du Tardenois et de l'Argonne, les pertes pourraient aller jusqu'à 500 euros l'hectare.

Sophie Constanzer a rencontré une agricultrice marnaise

Des agriculteurs épuisés, qui doivent parfois penser à se reconvertir

Dans son plan annoncé ce mardi, le gouvernement prévoit, outre des aides financières, des mesures sociales pour soutenir les agriculteurs. Première d'entre elles, la mise en place de remplacements gratuits pour les exploitants victimes d'épuisement. "Les agriculteurs ont besoin de répits, pour pouvoir faire le point", dit Hubert Brunelle, directeur général de la Mutualité sociale agricole (la MSA) Marne-Ardennes-Meuse. Depuis plusieurs années, son organisme a mis en place un plan d'action pour prévenir les suicides, fréquents chez les agriculteurs. "On a par exemple dans les Ardennes un réseau sentinelle, pour détecter les exploitants en difficulté", explique Hubert Brunelle. Autre mesure sociale: des aides à la reconversion. "Parfois, les exploitants sont dans de telles situations qu'il n'est plus possible d'envisager un redressement. Il faut alors l'accompagner vers la retraite ou penser à une reconversion professionnelle", avoue le directeur de la MSA Marne-Ardennes-Meuse.

Hubert Brunelle, revient sur les mesures sociales prises par le gouvernement

Partager sur :